DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Prince : l'héritage


le mag

Prince : l'héritage

En partenariat avec

Les fans ont préféré faire la fête. La nouvelle était trop surprenante. Un millier de personnes se sont retrouvées devant les bureaux de Spike Lee à New York.

Le réalisateur avait envoyé ce tweet peu avant : Mon frère me manque. Prince était un drôle de chat. Grand sens de l’humour. Huit millions de tweets se sont d’ailleurs échangés après la mort du chanteur.

Partout les hommages se sont spontanément développés après la découverte du corps de l’artiste dans sa résidence de Paisley Park de Minneapolis

“Je ne peux pas y croire”, constate un fan. “Je ne peux plus croire qu’il n’est plus là. Je suis sous le choc.”

“On se souviendra de lui comme quelqu’un d’unique”, explique un autre fan. “Il était très spécial. Il avait son propre style. Il ne ressemblait à personne. Il était… James Brown n‘était pas comme lui, Michael Jackson n‘était pas comme lui. Il était unique dans ce qu’il faisait. Il a apporté quelque chose que personne d’autre n’avait pensé faire.”

Prince adorait naviguer sur les frontières des genres musicaux pour devenir un des artites les plus influents de tous les temps.

Jem Aswad, journaliste à Billboard Magazine : “Il était le musicien le plus talentueux de sa génération, et peut-être de toutes les générations. Il était auteur, interprète, danseur, guitariste, pianiste, bassiste, batteur, producteur. Il avait un tel charisme, il faisait de grands spectacles, il écrivait des chansons pour d’autres. C’est la musique qui coulait en lui.”

Owen Husney est son premier producteur. Prince n’a alors que 17 ans. C’est lui qui va lui assurer un contrat avec la Warner :

“Je crois qu’il avait ce talent que pouvait avoir un Beethoven. Et ça c’est quelque chose qui va rester. Donc je crois que son plus grand héritage c’est qu’il n‘était pas une icône du rock, ce type d’icône qu’on imagine, mais c‘était vraiment un de ces plus grands génies de la musique.”

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Chamanisme coréen à Budapest