DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

DEVOTES : un diagnostic commun des mers européennes

Vous lisez:

DEVOTES : un diagnostic commun des mers européennes

Taille du texte Aa Aa

Les océans recouvrent la majeure partie de notre planète, mais on sait peu de choses sur les changements qui les affectent en profondeur. Dans cette

Les océans recouvrent la majeure partie de notre planète, mais on sait peu de choses sur les changements qui les affectent en profondeur. Dans cette édition, nous suivons une expédition en mer Baltique qui tente de mieux comprendre l’environnement marin. Ses relevés alimentent une base de données commune à l‘échelle de l’Europe qui grâce aux outils développés dans le cadre d’un projet de recherche baptisé DEVOTES, permet d’avoir un aperçu de l‘état de santé des écosystèmes marins.

Embarquons à bord du principal bateau de recherche de Finlande qui croise en pleine mer Baltique. A son bord, des scientifiques “collectent des données sur les différents composants de la biodiversité marine – en l’occurrence, du phytoplancton, du zooplancton, du benthos -, indique l‘écologue Maria C. Uyarra, manager du projet DEVOTES. Ils essayent de les réunir, dit-elle, pour qu’on puisse par la suite, évaluer l‘état écologique de la Baltique et des autres océans.”

Tout type de données

Sur ce navire, on prélève des échantillons d’eau de mer dans différentes zones et à différentes profondeurs, leur analyse renseignant sur l‘état de santé de la mer. Micro-organismes, oiseaux ou mammifères, toutes sortes d‘êtres vivants sont également étudiés.

D’autres équipes font de même danstoute l’Europe. Mais pour confronter leurs résultats, le projet de recherche européenDEVOTES leur est particulièrement précieux. “Bien sûr, pour pouvoir réunir cette masse d’informations, on a besoin de modèles et d’outils spécifiques, souligne Anna-Stiina Heiskanen, biologiste marine à l’Institut finlandais de l’environnement (SYKE). Il faut que ce travail soit mené de manière répétée et régulière, ajoute-t-elle, donc on a besoin de ces outils d‘évaluation communs pour comprendre le message que peuvent nous transmettre ces différents types d’organismes.”

“Evaluation intégrée de l‘état de santé de l‘écosystème”

Le projet a permis de mettre au point un logiciel qui combine l’ensemble des éléments d’observation pour établir une évaluation cohérente de l‘état de la mer. “Dans le cadre du projet, on a développé l’outil qui intègre tous les indicateurs, explique Laura Uusitalo, limnologue au sein de SYKE. Il rassemble l’ensemble des différents indicateurs qui pourraient définir différentes zones, différents habitats comme la colonne d’eau (entre la surface et les fonds marins) et les prairies côtières, poursuit-elle, on a élaboré l’outil qui les présente de manière transparente et fournit une évaluation unifiée et intégrée de l‘état de santé de l‘écosystème.”

L’Institut finlandais de l’environnement est l’un des centres qui alimentent la base de données commune. L’analyse d‘échantillons, mais aussi d’images satellite permet de mieux appréhender l’impact de l’Homme sur les environnements marins. “Actuellement, les principales menaces qui pèsent sur les océans, précise Henrik Nygård, écologue marin à SYKE, ce sont la surexploitation, la pollution par les nutriments (qu’on appelle aussi eutrophisation) et les substances dangereuses qui proviennent des activités industrielles.”
 
Agir en toute connaissance de cause

“Avec ce qu’on sait aujourd’hui sur les différents effets négatifs du changement climatique, la pollution marine et la sur-exploitation des ressources marines, y a-t-il dans vos recherches des raisons d’espérer ?” demande notre reporter Denis Loctier à Maria C. Uyarra, manager du projet DEVOTES.
“Oui, évidemment, insiste-t-elle. Comme nous sommes en train de mieux comprendre le fonctionnement de la biodiversité marine et la manière dont elle est affectée par nos activités, dit-elle, cela nous permet de prendre des décisions en toute connaissance de cause et donc de trouver des solutions plus efficaces pour résoudre ces problèmes.”