DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Liberté d'expression : la ville de Genève refuse de céder aux pressions turques


Suisse

Liberté d'expression : la ville de Genève refuse de céder aux pressions turques

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Les autorités de la ville de Genève refusent de céder à la pression de la Turquie au sujet d’une exposition qui dérange le président Recep Tayyip Erdogan.

L’exposition installée sur la place des Nations en face de l’ONU est composée de clichés de manifestations pris sur cette même place pendant ces dernières années.

L’une des photos montre une banderole accusant le président turc d‘être responsable de la mort de Berkin Elvan, un adolescent décédé après avoir reçu une grenade lacrymogène sur la tête pendant le mouvement protestataire de Gezi en 2013. Il ne participait pas aux manifestations, mais était simplement sorti acheter du pain, lorsqu’il s‘était retrouvé pris dans le tumulte. Berkin Elvan, décédé après 269 jours passés dans le coma, est devenu le symbole de la violente répression exercée par le pouvoir turc.

“Je suis choqué mais en même temps ça ne m‘étonne pas car M. Erdogan et son gouvernement n’ont aucune tolérance pour la liberté d’expression et le droit à l’information”, affirme le photographe suisse d’origine kurdo-arménienne Demir Sonmez, qui a renoncé à sa nationalité turque.

Les autorités genèvoises affirment que cette exposition met en valeur de la ville comme capitale des droits humains.

“Genève ne se laissera influencer par aucun pays. Genève est une ville de liberté d’expression, donc le conseil administratif, l’exécutif de Genève, confirmera cette exposition et il est hors de question de retirer cette photo”, assure Guillaume Barazzone, membre du Conseil national suisse.

Cette décision contraste avec celle de la justice allemande, qui sous la pression d’Ankara, a récemment décidé de poursuivre un humoriste pour un sketch critiquant Recep Tayyip Erdogan.

Il y a quelques jours, l’ambassade de Turquie en Suède a aussi tenté de censurer un documentaire historique abordant les massacres d’Arméniens par l’Empire ottoman en 1915, programmé sur la chaîne TV4.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Espagne : de nouvelles élections fin juin