DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tchernobyl : un témoin raconte les premières minutes


Ukraine

Tchernobyl : un témoin raconte les premières minutes

A 80 ans, Alexander Davidovich Hellerman est une mémoire vivante de la catastrophe de Tchernobyl survenue en 1986.
Il a commencé à travailler sur le site en 1976, peu avant la mise en service du premier réacteur en 1977.
Il vit aujourd’hui avec sa famille à Kiev, en Ukraine, où nous l’avons rencontré.

“J’avais une maison avant à Pripyat, près de la centrale. J’ai tout vu. La lueur était déjà visible sur le site. J’y suis allé, je me suis approché du réacteur numéro 4. J’ai vu le mur tomber. Les pompes de refroidissement aussi sont tombées. J’ai informé le chef du site de tout cela, et il informé Moscou. (…)
Quand on s’est rendu sur le site, on a vu une énorme lueur rose. Le chef du site m’a regardé et a prononcé ces trois mots : “c’est une prison”. Je me souviens encore de ces mots.”

Alexander Hellerman occupait un poste de responsabilité au moment du test de sûreté qui a conduit à l’accident, ce qui lui a valu un renvoi et une exclusion du Parti communiste.
Aujourd’hui encore, il rejette toute accusation à son encontre.

“Ils n’auraient pas du mener cette expérience, je le sais. Parce qu’on avait aucune instruction pour le personnel sur les mesures à prendre en cas d’urgence, ou dans ce genre de situation. Cela n’existait pas, alors que dans d’autres centrales nucléaires, il y avait ces documents.”

30 ans après le bilan de la catastrophe fait toujours débat. L’ONG Greenpeace parle de 100 000 morts provoqués par Tchernobyl.
Les éléments radioactifs rejeté par la combustion nucléaire ont quant à eux contaminé, selon certaines estimations, jusqu’aux trois quarts de l’Europe, mais surtout l’Ukraine, le Bélarus et la Russie, alors républiques soviétiques.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Contrat à 34 milliards: le Français DCNS va construire 12 sous-marins en Australie