DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un documentaire sur les migrants signé Ai Weiwei


le mag

Un documentaire sur les migrants signé Ai Weiwei

En partenariat avec

Rencontre avec Ai Weiwei en Suisse

L’artiste chinois est venu inaugurer une exposition d’art contemporain au Paul Klee Museum de Bern. “Chinese Whispers” présente en effet l’une de ses oeuvres baptisée Fragments.

L’occasion pour le dissident chinois d’attirer une nouvelle fois l’attention sur la crise migratoire en Europe.

Ai Weiwei s’est rendu à de nombreuses reprises dans des camps de réfugiés en Grèce. Il en sortira un film en 2017.

*“C’est un documentaire”, explique-t-il. “Nous avons tourné plus de 600 heures, j’ai fait des centaines d’interviews avec des gens très différents : des hommes politiques, des réfugiés, des prêtres, des ONG, tous ceux qui sont impliqués dans cette crise”*.

Gilets de sauvetage et couvertures de survie comme matériaux artistiques

Un engagement artistique qui l’a déjà conduit à réaliser plusieurs oeuvres éphémères. En février, il décorait le Konzerthaus de Berlin de gilets de sauvetage et les rues de Prague de couvertures de survie, après avoir annulé deux expositions au Danemark suite au vote d’une loi autorisant le pays à saisir les biens des réfugiés.

Ai Weiwei dénonce ainsi les conditions inhumaines dans lesquels ces hommes et ces femmes sont contraints de survivre. Pour lui, les Européens privent les migrants de leur dignité, notamment dans le camp d’Idomeni en Grèce, où il s’est rendu au mois de mars.

*“C’est une honte de voir que les pays européens ne travaillent pas ensemble, qu’ils ne sont plus les garants de nos valeurs et de nos croyances. Ils ne se font pas confiance les uns les autres et c’est vraiment triste d’en être arrivé là”*, disait-il alors.

Ai Weiwei a installé un atelier sur l‘île de Lesbos où ses équipes continuent de tourner images et interviews.

En janvier dernier, il avait défrayé la chronique en publiant une photo dans laquelle il rejouait la mort du petit Aylan, retrouvé noyé début septembre sur une plage de Turquie.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Tanita Tikaram, 28 ans après Twist in my Sobriety