DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie: Une trêve est conclue mais ne comprend pas Alep


Syrie

Syrie: Une trêve est conclue mais ne comprend pas Alep

Les bombardements se poursuivent à Alep, deuxième ville de Syrie. Ils ont fait trente morts ce vendredi dans les quartiers tenus par les rebelles et ceux contrôlés par le régime.

D’après le Comité international de la Croix Rouge, quatre installations médicales ont été touchées des deux côtés de la ligne de front. L‘électricité est souvent coupée dans les habitations.

Les autorités russes et américaines ont convenu d’un arrêt des combats dans les régions de Lattaquié, à l’ouest du pays et de la Ghouta orientale près de Damas. Alep est exclu de cet accord à minima et la poursuite des violences est une quasi-certitude.

Les bombardements ont tué deux cent trente habitants d’Alep ces huit derniers jours. Jeudi des frappes visant un hôpital ont fait une trentaine de morts dont le Docteur Muhammad Waseem Maaz, “le pédiatre le plus qualifié de la ville” selon le directeur de l’hôpital pour enfants d’Alep, qui lui a rendu hommage sur Facebook.

A Rome, la fontaine de Trevi a été illuminée en rouge ce vendredi soir pour symboliser le sang des chrétiens persécutés dans le monde. Environ deux tiers des 160 000 chrétiens d’Alep ont fuit les combats, selon Mgr Jeanbart, l’archevêque d’Alep, présent devant le monument italien.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Kenya: crémation record de 105 tonnes d'ivoire