Cet article n'est pas disponible depuis votre région

1er mai : nouveaux débordements dans les rues de Paris

Access to the comments Discussion
Par Euronews
1er mai : nouveaux débordements dans les rues de Paris

<p>La journée de mobilisation du 1er mai contre le <a href="http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2016/04/dossier_de_presse_projet_de_loi_travail.pdf">projet de loi travail</a> s’est terminée comme elle avait commencée : par des violences et des dégradations dans les rues de Paris. <br /> En marge du défilé entre Bastille et Nation, les policiers ont dû intervenir face à des dizaines de jeunes casseurs qui s’en sont pris au mobilier urbain tout en lançant des projectiles sur les forces de l’ordre. <br /> Au total 10 interpellations ont été enrigistrées. Mais par crainte de nouveaux incidents, la police a exigé en soirée l’annulation du rassemblement Nuit Debout, place de La République.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">C'est déjà bien chaud cette tête de “cortège” du <a href="https://twitter.com/hashtag/1ermai?src=hash">#1ermai</a> à Paris <a href="https://t.co/DdRjlGwfCl">https://t.co/DdRjlGwfCl</a></p>— François Geffrier (@FrancoisGeff) <a href="https://twitter.com/FrancoisGeff/status/726773229633830912">1 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Hormis ces incidents, entre 16 000 personnes (selon la police) et 70 000 (selon la <span class="caps">CGT</span>) ont manifesté. Beaucoup appelaient au retrait de la loi travail. </p> <p>Comparé aux manifestations contre la loi travail de ces derniers jours, la participation reste cependant en baisse alors que mardi les députés doivent commencer à examiner le projet de loi décrié.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">«Il manque près de 40 voix pour voter la loi Travail», reconnaît le rapporteur <a href="https://t.co/zmxwLOaOBb">https://t.co/zmxwLOaOBb</a> <a href="https://t.co/ANJTK7gFIF">pic.twitter.com/ANJTK7gFIF</a></p>— Le Parisien (@le_Parisien) <a href="https://twitter.com/le_Parisien/status/726882167612125184">1 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Les syndicats réformistes (<span class="caps">CFDT</span>, <span class="caps">CFTC</span> et Unsa et la <span class="caps">FAGE</span> pour les étudiants) de leur côté ont annoncé vouloir encore rééquilibrer le texte avant son adoption.</p> <p><em>Avec <span class="caps">AFP</span> et Reuters</em></p>