Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Barack Obama, seigneur de l'auto-dérision !

Access to the comments Discussion
Par Sophie Desjardin  avec Sandrine Delorme
Barack Obama, seigneur de l'auto-dérision !

<p>Pour la huitième et dernière fois, Barack Obama a amusé et fait rire le tout-Washington lors du dîner de gala annuel des correspondants de la Maison Blanche ce week-end. Un rendez-vous devenu incontournable au fil des années, surtout des années Obama… <br /> Et tout le monde en a pris pour son grade, d’Hillary Clinton en passant par Bernie Sanders, Donald Trump bien sûr, et lui-même, seigneur de l’auto-dérision : </p> <p><strong>Hillary Clinton</strong></p> <p>“L’an prochain, à cette époque, quelqu’un d’autre se tiendra devant vous, à cet endroit même, je vous laisse deviner qui elle sera…”</p> <p>“Vous devez bien l’admettre, Hillary qui essaie de séduire les jeunes électeurs, c’est un peu comme vos parents qui viennent de s’inscrire sur Facebook : “Chère Amérique, t’as vu, je t’ai pokée ? C’est bien apparu sur ton mur ? Je ne suis pas sûre d’utiliser cette chose comme il faut…” </p> <p><strong>Bernie Sanders</strong></p> <p>“Monsieur Bernie Sanders. Le voilà ! Bernie, vous ressemblez à un million de dollars ! Ou pour le dire dans des termes que vous comprenez, vous ressemblez à 37 000 dons de 27 dollars chacun !”</p> <p><strong>Donald Trump</strong></p> <p>“Est-ce que ce dîner serait trop tape-à-l’oeil pour Donald ? Qu’est-ce qu’il peut bien faire en ce moment à la place ? Est-il à la maison, en train de manger un steak Trump, de tweeter des insultes à Angela Merkel ?” </p> <p>“L’establishment républicain est incroyable, il dit que Donald manque d’expérience en matière de politique étrangère pour être Président. Mais pour être juste, il a passé des années à rencontrer des dirigeants du monde entier : Miss Suède, Miss Argentine, Miss Azerbaïdjan…” </p> <p><strong>Et lui-même…</strong></p> <p>“Il y a 8 ans, j‘étais un jeune homme plein d’idéalisme et de vigueur… Et regardez moi aujourd’hui. Je suis grisonnant, je ricane, comptant les jours qui restent jusqu‘à ma mort politique…” </p> <p>“Certains dirigeants étrangers ont même anticipé mon départ. La semaine dernière, le Prince George est apparu en peignoir à notre meeting ! J’ai pris une sacrée gifle, c‘était une nette entorse au protocole… “</p> <br /> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Le prince George accueille Barack Obama en pyjama et robe de chambre. Le cliché déjà culte <a href="https://t.co/ezljjyuy7p">https://t.co/ezljjyuy7p</a> <a href="https://t.co/eOF5YRxOyQ">pic.twitter.com/eOF5YRxOyQ</a></p>— Madame Figaro (@Madamefigaro) <a href="https://twitter.com/Madamefigaro/status/724576091977986048">25 avril 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <br /> <p>“Et après tout ça, je n’ai plus que deux mots à ajouter : Obama, dehors !”, a-t-il conclu en laissant tomber son micro et en allant embrasser sa femme…</p>