DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Barack Obama, seigneur de l'auto-dérision !


Etats-Unis

Barack Obama, seigneur de l'auto-dérision !

Pour la huitième et dernière fois, Barack Obama a amusé et fait rire le tout-Washington lors du dîner de gala annuel des correspondants de la Maison Blanche ce week-end. Un rendez-vous devenu incontournable au fil des années, surtout des années Obama…
Et tout le monde en a pris pour son grade, d’Hillary Clinton en passant par Bernie Sanders, Donald Trump bien sûr, et lui-même, seigneur de l’auto-dérision :

Hillary Clinton

“L’an prochain, à cette époque, quelqu’un d’autre se tiendra devant vous, à cet endroit même, je vous laisse deviner qui elle sera…”

“Vous devez bien l’admettre, Hillary qui essaie de séduire les jeunes électeurs, c’est un peu comme vos parents qui viennent de s’inscrire sur Facebook : “Chère Amérique, t’as vu, je t’ai pokée ? C’est bien apparu sur ton mur ? Je ne suis pas sûre d’utiliser cette chose comme il faut…”

Bernie Sanders

“Monsieur Bernie Sanders. Le voilà ! Bernie, vous ressemblez à un million de dollars ! Ou pour le dire dans des termes que vous comprenez, vous ressemblez à 37 000 dons de 27 dollars chacun !”

Donald Trump

“Est-ce que ce dîner serait trop tape-à-l’oeil pour Donald ? Qu’est-ce qu’il peut bien faire en ce moment à la place ? Est-il à la maison, en train de manger un steak Trump, de tweeter des insultes à Angela Merkel ?”

“L’establishment républicain est incroyable, il dit que Donald manque d’expérience en matière de politique étrangère pour être Président. Mais pour être juste, il a passé des années à rencontrer des dirigeants du monde entier : Miss Suède, Miss Argentine, Miss Azerbaïdjan…”

Et lui-même…

“Il y a 8 ans, j‘étais un jeune homme plein d’idéalisme et de vigueur… Et regardez moi aujourd’hui. Je suis grisonnant, je ricane, comptant les jours qui restent jusqu‘à ma mort politique…”

“Certains dirigeants étrangers ont même anticipé mon départ. La semaine dernière, le Prince George est apparu en peignoir à notre meeting ! J’ai pris une sacrée gifle, c‘était une nette entorse au protocole… “



“Et après tout ça, je n’ai plus que deux mots à ajouter : Obama, dehors !”, a-t-il conclu en laissant tomber son micro et en allant embrasser sa femme…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Tafta : Bruxelles regrette des "malentendus" après la fuite de documents