DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La sécheresse s'aggrave au Zimbabwe


Zimbabwe

La sécheresse s'aggrave au Zimbabwe

La sécheresse s’aggrave tous les jours au Zimbabwe : à Mwenezi, près de 100 000 habitants manquent d’eau. Presque toutes les récoltes ont été détruites. Le pays doit donc maintenant importer des céréales, parfois de contrées lointaines comme la Russie ou l’Inde.

Les réservoirs d’eau sont à moitié vides dans tout le pays : plus de 16 000 vaches sont déjà mortes en raison de la sécheresse, selon le ministre des gouvernements locaux et des travaux publics, Saviour Kasukuwere. Les zones rurales du pays sont affectées dans leur ensemble. Les villageois, privés de leur alimentation de base, sont contraints de consommer des fruits sauvages ou de réduire leur nourriture.

Le ministre affirme que la majeure partie du territoire a reçu un niveau de précipitations de “75 % inférieur à la normale”. Cette situation est la pire pour le pays depuis 20 ans.

L’état de catastrophe naturelle a été déclaré en février. Dans le pays, 3 millions de personnes souffrent de malnutrition, soit 1/4 de la population. Les médecins ne peuvent que constater l’augmentation de la malnutrition.

Les autorités ont lancé un programme de distribution de vitamines, et un suivi des populations. Mais le phénomène El Nino, aggravé par le réchauffement climatique, touche toute l’Afrique australe, menaçant directement 14 millions de personnes.

Le président Mugabe estime que les sanctions, imposées par les pays occidentaux en raison des violations des droits de l’homme au Zimbabwe, ont aussi contribué à la baisse de la production agricole.

Ses détracteurs affirment par ailleurs que l’agriculture a été fragilisée par la réforme agraire qu’il a lancée en 2000, redistribuant les terres des fermiers blancs à la majorité noire. Le président Mugabe avait lui-même admis que les fermes étaient sous-utilisées et a décidé en novembre d’imposer les bénéficiaires de la réforme agraire.

Les pénuries d’eau et de nourriture touchent aussi le Mozambique et la Zambie.

Face aux carences en céréales, la Zambie a stoppé ses exportations de maïs pour satisfaire la demande domestique. Aujourd’hui le pays a officiellement repris le commerce extérieur, mais les sacs de farine ne passent toujours pas les frontières.

L’Afrique du Sud, principale exportatrice de céréales vers ses pays voisins, enregistre cette année sa pire sécheresse depuis un siècle et va devoir importer la moitié de sa récolte habituelle.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : Kerry à Genève pour sauver le cessez-le-feu