DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Traité Tafta : les documents secrets des négociations publiés sur internet

Voici des révélations qui pourraient bien compromettre les négociations, déjà compliquées, du traité transatlantique, connu sous le nom de Tafta

Vous lisez:

Traité Tafta : les documents secrets des négociations publiés sur internet

Taille du texte Aa Aa

Voici des révélations qui pourraient bien compromettre les négociations, déjà compliquées, du traité transatlantique, connu sous le nom de Tafta.

L’ONG Greenpeace a publié sur Internet les documents secrets datés de mars 2016, qui servent de base de travail aux diplomates européens et américains. Ils sont téléchargeables dans leur intégralité sur le site http://www.ttip-leaks.org

Le texte, qui recouvre 13 chapitres de négociations, montre à quel point les positions des Européens et des Américains divergent : tandis que l’Union européenne milite en faveur de l’harmonisation des standards industriels et du maintien des appellations protégées, les Etats-Unis exigent la reconnaissance de leurs normes, moins strictes qu’en Europe ainsi que la fin du principe de précaution.

Greenpeace a projeté les 240 pages du projet d’accord commercial la nuit dernière sur le Parlement allemand. Le lieu n’a pas été choisi au hasard : le gouvernement d’Angela Merkel est le principal défenseur du traité.

Mais pour l’association environnementale, Tafta “met les intérêts des grandes entreprises au centre du processus de décision politique et législatif au détriment des enjeux environnementaux ou de santé publique.”

L‘état actuel des négociations conforte en tout cas l’opinion du camp des opposants, de plus en plus nombreux de chaque côté de l’Atlantique. En Allemagne, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre le traité le 23 avril dernier à Hanovre, à l’occasion de la visite du président américain Barack Obama.

La réticence se fait également sentir au plus haut niveau de décision. Dimanche 1er mai, François Hollande a affirmé que la France “dirait non à toute conclusion” du traité de libre-échange transatlantique “qui mettrait son agriculture en difficulté”, faisant référence aux indications géographiques protégées. A droite, Nicolas Sarkozy, le président des Républicains, s’est dit “clairement défavorable à la signature du traité transatlantique”.