DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouvelle immolation par le feu d'une réfugiée en Australie

Une demandeuse d'asile somalienne de 21 ans a tenté de mettre fin à ses jours en s'immolant par le feu. La politique australienne d'immigration suscite à nouveau la polémique.

Vous lisez:

Nouvelle immolation par le feu d'une réfugiée en Australie

Taille du texte Aa Aa

La politique australienne d’immigration est une fois de plus mise en question après un nouveau cas d’immolation par le feu. Une jeune fille somalienne, réfugiée, se trouve dans un état grave après avoir tenté de se suicider ce lundi ; elle est arrivée à Brisbane pour y être soignée.

La réfugiée de 21 ans se trouvait dans le camp de Nauru, une île du Pacifique où sont envoyés les migrants après leur interception par la marine australienne.

“Il est extrêmement inquiétant que cette personne en soit arrivée à un acte aussi grave d’auto-mutilation, déclare le ministre australien de l’Immigration. J’ai déjà exprimé par le passé ma frustration et ma colère au sujet des avocats et des autres personnes qui sont en contact avec ceux qui se trouvent dans ces centres d’accueil et qui les encouragent à se comporter d’une certaine façon, en pensant que la pression exercée sur le gouvernement australien entraînera un changement dans notre politique de protection des frontières”.

Il y a quelques jours un demandeur d’asile iranien est décédé après s‘être lui aussi immolé par le feu.

L’Australie est régulièrement montrée du doigt pour sa politique migratoire extrêmement dure.

Canberra a passé des accords avec ses voisins pour qu’ils accueillent, moyennant finances, les migrants dont l’Australie ne veut pas sur son territoire.

Il y a une semaine la cour suprême de Papouasie Nouvelle-Guinée a pris la décision de fermer un camp australien situé sur son territoire, sur l‘île de Manus, jugeant la détention de ces personnes “illégales”.