Fin du billet de 500 euros : le torchon brûle entre Francfort et Berlin

Access to the comments Discussion
Par Anne Glémarec  avec AFP, Reuters
Fin du billet de 500 euros : le torchon brûle entre Francfort et Berlin

<p>La <a href="http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/021903245812-la-bce-annonce-la-mort-du-billet-de-500-euros-1219671.php">disparition du billet de 500 euros</a> d’ici fin 2018 jette un nouveau froid entre Francfort et Berlin. La Banque centrale européenne a mis un terme à sa production ce mercredi, pour mieux lutter, dit-elle, contre le financement du crime. </p> <p>Surnommés les “ Ben Laden “, les billets de 500 euros permettent en effet de transporter discrètement d‘énormes montants, facilitant ainsi la circulation d’argent sale. Leur retrait était notamment souhaité par la France, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Le 12 février dernier, le ministre des Finances, Michel Sapin, déclarait : “<em>Le billet de 500 euros est plus utilisé pour dissimuler que pour acheter. Il est normal que l’on se pose des questions aujourd’hui sur l’utilisation de ce billet.</em>“</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="it"><p lang="fr" dir="ltr">Les grosses coupures n'ont plus la cote <a href="https://t.co/JDjutQ9u7Q">https://t.co/JDjutQ9u7Q</a> <a href="https://t.co/BDEdFLFxpv">pic.twitter.com/BDEdFLFxpv</a></p>— Les Echos (@LesEchos) <a href="https://twitter.com/LesEchos/status/727907409482661888">4 maggio 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <h3>L’Allemagne s’indigne</h3> <p>Mais voilà, le billet pourpre avait été créé sur l’insistance de l’Allemagne, où 79% des paiements se font en espèces. D’où <a href="http://www.challenges.fr/challenges-soir/20160504.CHA8698/fin-du-billet-de-500-euros-la-mort-d-un-totem-en-allemagne.html">l’indignation du pays</a>, déjà remonté contre la <span class="caps">BCE</span> pour sa politique de taux zéro qui dessert ses nombreux épargnants. Berlin, mais aussi Vienne, redoutent qu’il ne s’agisse de la première étape vers une disparition de l’argent physique et l’avènement d’une société surveillée où toute transaction financière serait exposée au regard indiscret des autorités. Une hypothèse démentie par la <span class="caps">BCE</span>.</p> <p>L’institut économique allemand Ifo estime quant à lui que la suppression du billet de 500 euros vient saper la confiance en la <span class="caps">BCE</span>. “<em>Cela donne l’impression que la principale raison à cette suppression est de pouvoir emmener les taux encore plus loin en territoire négatif,</em>“ a déclaré son président, Clemens Fuest.</p> <h3>Palmarès des grosses coupures</h3> <p>A l’heure actuelle, les plus grosses coupures encore en circulation sont le billet de 10.000 dollars américain (8.741 euros), qui n’est plus imprimé depuis 1969, et celui de 10.000 dollars de Singapour (6.442 euros), dont la production a cessé en 2014.</p> <p><iframe src="//e.infogr.am/0a94e634-94f9-4ff0-97b2-a0a4bc7e495e?src=embed" title="biggest notes" width="550" height="1715" scrolling="no" frameborder="0" style="border:none;"></iframe></p> <p>Et parmi ceux qui sont encore produits, on trouve le billet de 10.000 dollars de Brunei (6.427 euros) et le fameux billet de 1000 francs suisses (907 euros). Autant dire qu’en comparaison, le “ Ben Laden “ fait figure de petit joueur.</p> <p>Les billets de 500 euros ne représentent que 3% des billets en euros en circulation, mais près de 30% de leur valeur totale.</p>