DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Genève : les lauréats des Dessins pour la paix


le mag

Genève : les lauréats des Dessins pour la paix

En partenariat avec

Le dessinateur kényan Gado et son homologue malaisien Zunar se sont vus remettre le prix international du dessin de presse. Un prix remis à Genève dans le cadre de la Fondation Cartooning for Peace, des dessins pour la paix.

Kofi Annan est le président honoraire de cette fondation : “Je suis toujours étonné par le talent créatif de ces artistes qui avec une seule image peuvent saisir les paradoxes et les absurdités des injustices d’un problème complexe. Bien mieux que ne pourraient le faire des centaines de discours. Des artistes comme Gado et Zunar prennent des risques pour dire la vérité. Ils méritent toute notre reconnaissance qui peut aussi participer de leur protection.”

Gado : “C’est un grand encouragement parce que quoi que vous fassiez il y a des gens qui sont derrière vous et ce sont des gens qui reconnaissent votre travail et cela vous aide à aller de l’avant.”

Jusqu‘à récemment Gado a travaillé pour le Daily Nation un des quotidiens les plus importants d’Afrique centrale et orientale. Il dénonce régulièrement l’avidité et la corruption du personnel politique.

Gado : “Je pense que ce que nous avons vu dans de nombreux pays africains c’est la diminution de l’espace des médias. Cet espace est un lieu de revendications et le défi c’est de toujours protéger cet espace.”

Zunar est le dessinateur de presse le plus connu de Malaisie. Lui aussi par le biais de l’humour et de la dérision dénonce la corruption des élites ainsi que les abus de pouvoir. ll est actuellement l’objet de poursuites judiciaires dans le cadre d’affaires d’insurrection pour lesquelles il risque 43 années de prison.

Zunar : “Ce prix est très important pour moi parce qu’il peut faire pression sur le gouvernement de Malaisie. Et il peut aussi faire ouvrir les yeux de la communauté internationale sur mon cas et sur le degré de liberté d’expression et des droits de l’homme en Malaisie.”

Tous ces témoignages du combat des dessinateurs pour la liberté d’expression sont exposés à Genève jusqu’au 4 juin.

Signalons en France la disparition à 87 ans d’un grand dessinateur, Siné, un ancien de Charlie Hebdo. Il était l’un des derniers représentants de cette génération de grands caricaturistes des années 70 politiquement incorrects, réunis autour de Charlie Hebdo, comme Reiser, ou encore Wolinski et Cabu, assassinés en janvier 2015 dans l’attentat contre le journal.

Prochain article

le mag

Eurovision : les chances de l'Allemagne