DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : Erdogan aura "plus d'influence sur l'AKP et le gouvernement" après le départ d'Ahmet Davutoglu


Insight

Turquie : Erdogan aura "plus d'influence sur l'AKP et le gouvernement" après le départ d'Ahmet Davutoglu

Nezahat Sevim : Le parti de l’AKP a décidé d’organiser un congrès extraordinaire pour se choisir un nouveau chef. Le congrès du 22 mai marquera la fin de la domination d’Ahmet Davutoglu sur le parti. Après cela, vers quoi vont se diriger la Turquie, le gouvernement et l’AKP ? Nous allons poser toutes ces questions à notre correspondant à Istanbul, Bora Bayraktar. Bora, pourquoi Ahmet Davutoglu a-t-il choisi de se retirer ? Quelle est l’ambiance maintenant à l’AKP ?

Bora Bayraktar : Il y avait des divergences sur certains sujets, surtout ces dernières semaines. Et certains signes que le président Erdogan voulait travailler avec un Premier ministre plus proche de lui. La plus grande fracture entre les deux hommes, d’après des sources présidentielles, a été que, lorsque Davutoglu a été nommé comme Premier ministre, il avait promis à Erdogan de travailler sur deux sujets importants : le premier était de mettre en place un régime présidentiel et de préparer l’opinion publique à cela. Mais le Premier ministre a dit à plusieurs reprises qu’il fallait mieux se laisser du temps. Deuxièmement, Erdogan attendait certaines avancées sur des opérations contre des individus, liés à Fetullah Gülen, et considérés comme appartenant à une structure terroriste. Des sources disent que le Président n‘était pas satisfait non plus de l‘évolution de ce dossier.

Nezahat Sevim : Que va-t-il se passer du côté du gouvernement et de l’AKP ? Comment le nouveau chef du parti et du gouvernement, va-t-il être choisi ?

Bora Bayraktar : Il va y avoir un congrès extraordinaire à l’AKP. Et il semble, qu’après avoir parlé avec Erdogan, ils aient trouvé un accord sur un seul nom, une seule personne qui serait proche du Président. Et donc qu’ils vont présenter ce nom comme unique candidat à la tête du parti. Une fois qu’ils auront choisi le nouveau leader, Davutoglu démissionnera de son poste de Premier ministre. Puis le Président donnera au nouveau chef de l’AKP la mission de former un nouveau gouvernement. On pense que cela va donner à Erdogan plus d’influence sur le parti et plus de contrôle sur le gouvernement, en lui permettant de présider les conseils des ministres.

Nezahat Sevim : A quels changements faut-il s’attendre dans la politique de l’AKP ou du gouvernement ? Ou plutôt, faut-il s’attendre à des changements ?

Bora Bayraktar : Effectivement, il est faux de dire que l’on s’attend à de grands changements. La Turquie est gouverné par ce parti depuis près de 14 ans. Donc, il semble probable que la Turquie conservera les grandes lignes de la politique qu’elle mène depuis 2002, sous les ordres d’Erdogan. Il ne semble pas non plus qu’il y aura des démissions en masse, des tensions ou une polarisation au sein du parti. Parce que ce qui est le plus important, c’est la position de Davutoglu. Peut-être que ses proches n‘étaient pas d’accord avec ce retrait. Mais ils ont l’air de l’avoir accueilli avec compréhension.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Reportage inédit au coeur de la guerre contre l'Etat Islamique en Irak, avec notre envoyé spécial