DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Arabie saoudite : un super ministre pour la diversification énergétique


économie

Arabie saoudite : un super ministre pour la diversification énergétique

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Il est l’homme qui va désormais définir la stratégie énergétique saoudienne. Khaled al-Faleh, ancien ministre de la Santé et président du groupe pétrolier Saudi Aramco, a été nommé dimanche par le roi Salmane à la tête d’un super ministère de l’Energie, de l’Industrie et des Ressources minières. Celui qui remplace de fait Ali al-Naïmi, ministre du pétrole pendant plus de 20 ans,s’est aussitôt engagé à maintenir la politique de son prédécesseur.

Khaled al-Faleh était partie prenante du consensus dégagé par Ali al-Naïmi sur la politique de production de l’Arabie saoudite,“ rappelle Graham Griffiths, analyste chez Control Risks. “Il incarne la continuité.

Khaled al-Faleh voit en effet dans la stratégie du pétrole bon marché une véritable incitation à diversifier l‘économie saoudienne. Il jouera d’ailleurs un rôle clé dans le programme de réformes Vision saoudienne à l’horizon 2030 présenté fin avril par le vice-prince héritier Mohammed ben Salmane. “Son titre donne une idée de l‘étendue du portefeuille que Khaled al-Faleh va devoir coordonner, la politique énergétique allant de l‘électricité au pétrole en passant par d’autres secteurs,“ relève Graham Griffiths. On parle notamment de solaire et d‘éolien.

Khald el-Faleh a aussi pour lui de présider le géant pétrolier Aramco, un groupe où il a fait ses débuts à 19 ans en 1979 et qui a financé ses études au Texas. Il est donc le candidat idéal pour orchestrer l’introduction en bourse de moins de 5% du groupe public afin d’alimenter un fonds souverain de 2000 milliards de dollars, le plus doté au monde, pour financer les réformes.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Panama Papers : la Nouvelle-Zélande au coeur du scandale