DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Procédure de destitution de Dilma Rousseff : bras de fer entre l'Assemblée et le Sénat


France

Procédure de destitution de Dilma Rousseff : bras de fer entre l'Assemblée et le Sénat

Énième rebondissement au Brésil : le président du Sénat a ordonné la poursuite du processus de destitution de Dilma Rousseff. Cette décision va à l’encontre de celle prise quelques heures plus tôt par le président par intérim de l’Assemblée, qui avait annoncé, à la surprise générale, l’annulation du vote des députés, au sujet de cette même procédure.

La présidente brésilienne se trouvait alors à une cérémonie, quand l’information est tombée. Elle a aussitôt tempéré l’optimisme de ses partisans : “Je viens d’apprendre la nouvelle comme vous sur les téléphones portables (…) Je ne sais pas quelles seront les conséquences, il faut rester prudent.’‘

Un bras de fer se profile entre les deux chambres du Parlement brésilien. Le Sénat, qui maintient donc son vote prévu mercredi, dénonce la décision intempestive prise par Waldir Maranhao qui assure depuis jeudi la présidence par intérim de l’Assemblée. Il a évoqué des irrégularités pour justifier l’annulation de la procédure de destitution, estimant que le vote des députés, le 17 avril, avait “porté atteinte au droit à une pleine défense de la présidente et qu’il constituait un préjugement”.

Dilma Rousseff est accusée d’avoir maquillé les comptes publics pour cacher l’ampleur des déficits. Les députés avaient massivement voté en faveur de sa destitution. Et tout indique que les sénateurs les suivront.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

France : démission du vice-président de l'Assemblée accusé de harcèlement sexuel