DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise humanitaire au Yémen : reportage exclusif dans le camp de Darwan

Depuis mars 2015, le Yémen est enlisé dans un conflit armé entre les milices houthis et les alliés du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenus par

Vous lisez:

Crise humanitaire au Yémen : reportage exclusif dans le camp de Darwan

Taille du texte Aa Aa

Depuis mars 2015, le Yémen est enlisé dans un conflit armé entre les milices houthis et les alliés du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenus par la coalition que dirige l’Arabie Saoudite.

Les civils sont piégés, pris entre ces deux feux, une crise humanitaire “silencieuse”…

Notre reporter Mohammed Shaikhibrahim a visité un camp de déplacés, à environ 40 kilomètres de la capitale yéménite, Sanaa… Le camp de Darwan…

Ces gens ont tous fui la ville de Saada, ravagée, jours et nuits, par des bombardements de la coalition arabe… L’Arabie Saoudite en a fait une cible militaire, considérant la ville comme un bastion Houthis, qu’elle dit être responsable d’attaques sur des villes saoudiennes du sud de son territoire.



“L’endroit où nous vivions a été bombardé et tout le monde dans le voisinage a été touché. Certains ont été assassinés, les autres ont été assez chanceux pour survivre, nous sommes finalement parvenus à quitter la ville de Saada, ce qui n‘était pas simple, les bombardements n’arrêtaient pas, on est resté bloqué, une semaine entière”, témoigne un homme.

La branche politique des Houthis (soutenu par l’Iran), le mouvement Ansar Allah et la coalition ont négocié une trêve, mais elle n’est pas respectée…

Dans le camp de Darwan, les conditions sont terribles. Les déplacés yéménites ont bâti des abris sommaires avec des pierres trouvées là. Nous avons constaté une grave pénurie de nourriture, d’eau potable et des conditions d’hygiène et de santé déplorables…


“Ici, nous avons froid, surtout les nuits, et le soleil nous brûle la journée, mes enfants, certaines semaines, n’ont pas à manger pendant 3 ou 4 jours, nous souffrons beaucoup du manque d’eau et de gaz, nous n’avons rien” explique une femme.

Nombreux sont les enfants qui souffrent de maladies, et ils ne reçoivent aucune aide médicale.

Une situation alarmante selon Jamie McGoldrick, coordinateur humanitaire de l’ONU au Yémen :


 ‬ “14 millions de personnes ont un besoin vital de nourriture. Parmi elles, sept millions vivent dans des conditions d’extrême insécurité. Et si vous regardez le nombre d’enfants non scolarisés, il y a à peu près 3 millions d’enfants qui ne vont pas à l‘école dans ce pays, leur vie n’est que souffrance. Et si on regarde les infrastructures de santé, l’impossibilité d’apporter une aide médicale dans ce pays, de la nourriture, du carburant, tout cela les prive de la possibilité d’avoir un avenir…”

Selon les dernières estimations du bureau régional de l’organisation internationale pour les migrations et du Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, deux millions et demi de Yéménites ont été forcés de fuir.


Et notre reporter Mohammed Shaikhibrahim de conclure, “les personnes déplacées ici, au camp de Darwan, paient très cher les conséquences de cette guerre et de ce conflit politique, surtout les femmes et les enfants… Il y a neuf autres campements comme celui-ci dans tout le Yémen, tous dans le même état désastreux…”