DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La finance vue par Jodie Foster et la révolution égyptienne : les curieux mélanges de Cannes

monde

La finance vue par Jodie Foster et la révolution égyptienne : les curieux mélanges de Cannes

Publicité

Les banques responsables de la crise financière, c’est la thèse défendue par Jodie Foster avec son dernier film, Money Monster, présenté hors compétition ce jeudi à Cannes.

Et c’est une bien belle équipe qui a monté les marches du festival, avec une Julia Roberts sur le tapis rouge pour la première fois de sa carrière.

Le film met en scène un présentateur télé vedette, George Clooney, pris en otage par un téléspectateur ruiné et désespéré.

Fred Ponsard, notre envoyé spécial au festival de Cannes :
“Le Festival de Cannes, c’est le glamour et le tapis rouge, mais c’est aussi des films engagés qui sont souvent présentés en sélection officielle. Deux beaux exemples en ce début de festival : Money Monster, qui pourfend le monde de la finance avec l’aide des plus grandes stars d’Hollywood, et Clash, de Mohamed Diab, qui dresse un portrait sans concession de la société égyptienne d’aujourd’hui.”

Et puis L’Egyptien Mohamed Diab a présenté dans la sélection Un Certain regard son film, Clash, qui réunit dans le huis clos d’un fourgon de police, révolutionnaires, Frères musulmans et même un policier. Etre réalisateur dans l’Egypte d’Al-Sissi “oui, clairement ça me fait peur”, a-t-il confié à l’agence France Presse.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article