Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La faim comme moteur de la révolution au Venezuela ?

Access to the comments Discussion
Par Beatriz Beiras  avec Sandrine Delorme
La faim comme moteur de la révolution au Venezuela ?

<p>De longues files d’attente, le rationnement… C’est le quotidien des habitants de Caracas… <br /> Et la situation devient chaque jour un peu plus chaotique. Le Venezuela semble au bord de l’explosion. </p> <p>Dès l’aube, ces Vénézuéliens partent donc à la recherche d’aliments à prix subventionnés, mais souvent, ils ne trouvent rien : </p> <br /> <div style="padding:3px; padding-left:6px; border-left:4px solid #d0d0d0; background-color:#f1f1f1; margin-left:20px; font-style:italic;"> “Nous n’avons toujours pas trouvé un endroit où acheter du riz, des pâtes, du beurre, peu importe, pour donner quelque chose à manger à nos enfants. Comment c’est possible ? Pourquoi on est dans cette situation ? Et ils ne nous donnent aucune information pour savoir où trouver de quoi rapporter à la maison” témoigne, énervée, Maria Hernandez, habitante de Caracas. <p>“Ces files d’attente sont énormes, on en a jamais vu de pareil !”, explique une autre vieille dame. </div></p> <br /> <p>Coupures d‘électricité quotidiennes, services publics opérationnels uniquement deux jours par semaine, manifestations, pillages, et un Etat qui pourrait être en défaut de paiement d’ici quelques mois… </p> <p>Le Venezuela, autrefois riche producteur pétrolier grâce à ses réserves les plus importantes au monde, a plongé avec la chute des cours du Brut. </p> <br /> <div style="border: 2px solid #1c75c8; padding: 3px; background-color: #c5ddf6; -moz-border-radius-topleft: 5px; -moz-border-radius-topright: 5px; -moz-border-radius-bottomright: 5px; -moz-border-radius-bottomleft: 5px;"> Le <span class="caps">PIB</span> a chuté de 3,9 % en 2014 et de 5,7 % en 2015. <p>Les entreprises vénézuéliennes du secteur industriel peu développé étaient 13 000 en 1999, elles ne sont plus que 4 000 en 2016 selon la confédération patronale. </p> <p>Quant à l’inflation, elle galope et a atteint 180,9 % l’an dernier selon la Banque centrale du pays. Le <span class="caps">FMI</span> augure même le record effrayant de 700 % pour cette année. </div></p> <br /> <p>Le rationnement énergétique et alimentaire mis en place pour faire face à cette crise provoque de violentes tensions, de la colère. Et les pillages de supermarchés sont de plus en plus fréquents.</p> <p>L’Observatoire vénézuélien pour les conflits sociaux en a dénombré 107 au premier trimestre de cette année. Il a aussi recensé 17 manifestations spontanées par jour… </p> <br /> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Crise au Venezuela: «Les gens ont faim» <a href="https://t.co/HaHSYTDwQc">https://t.co/HaHSYTDwQc</a></p>— La Presse Monde (@LP_Monde) <a href="https://twitter.com/LP_Monde/status/732936810297327616">18 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <br /> <p>Selon un récent sondage, sept Vénézuéliens sur 10 réprouvent donc la gestion du Président Nicolás Maduro. Mais lui dénonce une conspiration internationale, met en cause les Etats-Unis, et le patronat vénézuélien, ordonnant même la saisie des usines “paralysées par la bourgeoisie” et l’emprisonnement des entrepreneurs qu’il accuse de saboter le pays. </p> <p>La semaine dernière, il a décrété l‘état d’exception, sorte d‘état d’urgence économique, pour, dit-il, “défendre le pays”…</p> <p>Et son bras de fer avec l’opposition s’est accentué depuis qu’elle a rassemblé début mai 1 million 800 000 signatures pour lancer le processus d’organisation d’un référendum destiné à le révoquer. </p> <p>Mais pour l’heure, bien que l’opposition soit majoritaire au Congrès, le gouvernement a rejeté cette demande, et Maduro semble toujours bénéficier de l’appui de l’armée et de la police. </p> <br /> <h3>#maduroelpueblotienehambre</h3> <p>Sur les réseaux sociaux, le hastag #maduroelpueblotienehambre pullule, et les Vénézuéliens montrent leur hostilité au président Maduro : </p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">Hay algo que de verdad el gobierno no puede obstaculizar y es el estómago hambriento del ciudadano de a pie <a href="https://twitter.com/hashtag/maduroelpueblotienehambre?src=hash">#maduroelpueblotienehambre</a></p>— luis medina (@themapanare) <a href="https://twitter.com/themapanare/status/732891555963473920">18 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <br /> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/maduroelpueblotienehambre?src=hash">#maduroelpueblotienehambre</a> y tu vas a ser el UNICO CULPABLE de lo que pase!!! <a href="https://twitter.com/_Resistencia_R">@_Resistencia_R</a> <a href="https://twitter.com/tativzla21">@tativzla21</a> <a href="https://twitter.com/TusNoticiasVzla">@TusNoticiasVzla</a> <a href="https://twitter.com/YosefMel">@YosefMel</a></p>— Fighter (@Orion_fighter) <a href="https://twitter.com/Orion_fighter/status/732607748597223425">17 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p>