DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Il fait 51° en Inde : le réchauffement climatique s'accélère

monde

Il fait 51° en Inde : le réchauffement climatique s'accélère

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Un nouveau signal d’alarme sur le climat : les Nations-Unies ont confirmé que ce dernier mois d’avril, était le plus chaud jamais enregistré sur la planète, depuis le début des relevés de températures, en 1880.

Les mois se suivent et se ressemblent donc : en avril la température était de 1,1 degré supérieur à la normal, un chiffre qui inquiète les climatologues, car c’est aussi le signe que le réchauffement climatique s’accélère.

Claire Nullis, porte-parole de l’organisation météorologique mondiale: “C’est le douzième mois d’affilée que les records de températures sont battus. Et ce qui est particulièrement inquiétant, c’est la vitesse à laquelle ces records sont battus. Ils ne sont pas seulement battus, ils sont pulvérisés, avec un rythme assez cohérent.”

Le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, a fait remarquer que 2016 avait déjà éclipsé 2015, pourtant année de tous les records. “L’ampleur des changements a surpris jusqu’aux climatologues les plus avertis. La planète se transforme sous nos yeux” a indiqué M. Taalas.

Les quatre premiers mois de 2016 ont été les plus chauds à la surface de la planète depuis 136 ans, a confirmé l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

Il fait 51° en Inde

Le nord de l’Inde affronte une sévère vague de chaleur, le thermomètre ayant atteint un record absolu de 51°C. dans une ville de l’Etat désertique du Rajasthan, qui complique le quotidien d’un pays où centaines de personnes meurent chaque année de la chaleur.

Ce record a été enregistré jeudi 19 mai à Phalodi, à environ 600 km à l’ouest de New Delhi. Le précédent record remontait à 1956.

Des centaines de personnes meurent chaque année de la chaleur en Inde. Les températures dépassent régulièrement les 40°C dans le nord du pays en mai et juin, mois les plus chauds de l’année. Les services météo ont lancé une alerte en raison de la persistance de cette “forte vague de chaleur” pendant le week-end sur le nord et l’ouest de l’Inde, en particulier à New Delhi où la température a atteint 47°C cette semaine.

Au Gujarat (ouest), la principale ville Ahmedabad a enregistré sa température la plus élevée depuis 100 ans jeudi à 48°C. Cette vague de chaleur survient au moment où l’Inde doit affronter une sévère sécheresse depuis plusieurs mois. Quelque 330 millions de personnes, soit un quart de la population est affectée par le manque d’eau après deux années de faible mousson.

La chaleur avait tué plus de 2.400 personnes l’an dernier en Inde, l’une des vagues les plus meurtrières de son histoire récente.

Le rôle d’El Niño

Le courant chaud équatorial du Pacifique El Niño, qui a réapparu en 2015, a contribué à cette montée record des températures. Mais il a commencé à perdre de son intensité comme cela était prévu. Les températures à la surface des eaux dans la zone équatoriale de l’océan Pacifique ont continué à baisser en avril, ce qui indique un affaiblissement d’El Niño, a pointé la NOAA, prédisant l’apparition du courant froid La Niña pendant les six derniers mois de 2016.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article