DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Speed : Lorenzo, Rossi, Meeke et Ogier au menu

speed

Speed : Lorenzo, Rossi, Meeke et Ogier au menu

Publicité

Bienvenue dans Speed.
Le pilote espagnol Jorge Lorenzo (Yamaha) avait pris la tête du classement du championnat du monde de MotoGP en remportant sa deuxième victoire de l’année début mai, en France. Mais, avec seulement cinq points le séparant de son compatriote Marc Marquez (Honda), voyons si le champion du monde en titre s’est montré capable de conserver son avantage sur le circuit du Mugello (Italie).

Parti en deuxième ligne, Lorenzo a d’entrée pris la tête de ce Grand Prix d’Italie, sixième épreuve de la saison. Parti, lui, en pole-position, son coéquipier Valentino Rossi a rapidement été contraint à l’abandon, dès le 9è tour d’une course en comptant 23, lorsqu’une épaisse fumée s’est échappée de sa moto. Une panne signant la fin de ses espoirs de décrocher une dixième victoire sur ce circuit, devant son public.

Au terme d’un duel extraordinaire dans le dernier tour, Lorenzo a devancé sur le fil, de 19 millièmes de seconde, Marc Marquez. Avec cette troisième victoire de la saison, le 64e succès de sa carrière, Lorenzo conforte sa place en tête du Championnat du monde, devant Marquez, à dix points, et Rossi, à 37 points.

Le circuit du Mugello a souvent offert des courses spectaculaires. A l’image de l‘édition 2006, quand les deux rivaux italiens Valentino Rossi et Loris Capirossi se sont livrés à l’une de ces batailles dont les fans de moto se souviennent
encore : une course d’une très grande intensité suivie par près de 90 000 spectateurs. Le pilote Yamaha et héros local Valentino Rossi l’a finalement emporté avec à peine plus d’une demi-seconde d’avance sur son compatriote Loris Capirossi (Ducati). Rossi avait pris le meilleur départ et les commandes de la course, au contraire de Capirossi, qui parvenait malgré tout à revenir sur lui, puis à le passer. La course était notamment marquée par le spectaculaire accident du jeune Australien de 20 ans, Casey Stoner.

Rossi et Capirossi allaient se livrer une bataille spectaculaire dans le dernier tour. “Un final d’une intensité incroyable,
avait commenté le vainqueur, Rossi, à l’arrivée. En se réjouissant qu’il ait opposé deux pilotes courant pour deux écuries concurrentes, deux fabricants de pneumatiques concurrents, mais représentant un seul et même pays : l’Italie.”

Le leader provisoire du championnat du monde et triple champion en titre, le Français Sébastien Ogier, comptait 45 secondes de retard sur le Britannique Kris Meeke avant la dernière journée du rallye du Portugal. Il n’est pas parvenu à le combler et le Britannique remporte le deuxième rallye de sa carrière en championnat du monde. Meeke avait pris la tête du classement dès la deuxième spéciale, en profitant d‘être parti à l’arrière du peloton et de conduire ainsi sur des pistes balayées par ses concurrents.

Le Norvégien Andreas Mikkelsen termine à la deuxième place, dépassant sur le fil Ogier, qui le devançait de trois secondes avant la dernière journée. Après avoir remporté la super spéciale d’ouverture jeudi soir, Ogier, victime
de deux crevaisons lentes le dernier jour, doit donc se contenter de la troisième place. Il conserve toutefois la tête du championnat du monde, avec 50 points d’avance sur Mikkelsen. La prochaine épreuve se déroulera du 9 au 12 juin en Sardaigne.

Rendez-vous dimanche prochain pour une nouvelle édition de Speed. Elle nous emmènera vers l’un des plus prestigieux Grand Prix de Formule 1 : Monaco.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article