DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : le conflit social se durcit sur les sites pétroliers

monde

France : le conflit social se durcit sur les sites pétroliers

Publicité

Les Français continuent de se ruer sur les pompes à essence, alors que le conflit autour des sites pétroliers s’est encore durci mardi dans l’hexagone, laissant présager une aggravation de la situation.

Mardi, 20 % des 12 000 stations françaises étaient en pénurie complète, ou d’un ou deux carburants. Au lieu de pénurie, le gouvernement préfère parler de surconsommation.

“Il n’y a vraiment de l’essence nulle part. Je me sens contrariée parce que j’ai l’impression qu’on est pris en otage par cette histoire de grève qui va vite se généraliser. Donc, je suis contrariée, oui, mais après, je comprends qu’il y a le droit de grève et que l’on doit le respecter. Mais pour les gens qui travaillent, ce n’est vraiment pas pratique”, témoigne une automobiliste.

L’exécutif se montre inflexible. Le Premier ministre a réaffirmé qu’il n’y aurait “pas de retrait” du projet de loi travail, motif de ce mouvement de grève.

Il a annoncé que d’autres sites de raffineries seraient libérés, comme mardi matin à Fos-sur-Mer, ou un déblocage musclé a permis aux forces de l’ordre de lever les barrages installés par les grévistes.

Une huitième journée de manifestations contre la loi travail est prévue aujourd’hui.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article