Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Pétrole : le baril passe les 50 dollars

Access to the comments Discussion
Par Anne Glémarec  avec AFP, Reuters
Pétrole : le baril passe les 50 dollars

<p>L’embellie se poursuit sur le <a href="http://investir.lesechos.fr/marches/actualites/les-cours-du-petrole-ont-presque-double-en-quatre-mois-1554731.php">marché de l’or noir</a>. Pour la première fois en près de 7 mois, le <a href="http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=8xBRN">baril de Brent</a> est repassé au-dessus des 50 dollars ce jeudi. Un seuil symbolique également dépassé par le <span class="caps">WTI</span> américain.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Le <a href="https://twitter.com/hashtag/p%C3%A9trole?src=hash">#pétrole</a> repasse au-dessus des 50 dollars, une première depuis début novembre <a href="https://twitter.com/hashtag/oil?src=hash">#oil</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/baril?src=hash">#baril</a> <a href="https://t.co/ggbWg9yfSu">https://t.co/ggbWg9yfSu</a> <a href="https://t.co/VUCuTtPAWr">pic.twitter.com/VUCuTtPAWr</a></p>— L'Echo (@lecho) <a href="https://twitter.com/lecho/status/735763439184838656">26 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Plombés par une offre excédentaire, les cours du brut ont touché des plus bas en 13 ans en février, sous les 30 dollars.</p> <p>Leur rebond du jour s’explique par une forte baisse des réserves américaines. Principal fournisseur des Etats-Unis, le Canada voit en effet sa production perturbée par d’immenses incendies de forêt dans l’Alberta.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Chute du cours du <a href="https://twitter.com/hashtag/p%C3%A9trole?src=hash">#pétrole</a> : les 5 principaux enjeux pour l’économie mondiale <a href="https://t.co/jC64YukeJD">https://t.co/jC64YukeJD</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/energie?src=hash">#energie</a> <a href="https://t.co/WE4iU2Enhq">pic.twitter.com/WE4iU2Enhq</a></p>— Institut Montaigne (@i_montaigne) <a href="https://twitter.com/i_montaigne/status/735735224345100293">26 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Les cours du brut restent toujours loin des sommets de juin 2014, quand le baril de Brent s‘échangeait à 114 dollars.</p>