DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Washington tente d'apaiser son allié turc

monde

Washington tente d'apaiser son allié turc

Publicité

Malaise entre Washington et Ankara après la diffusion d’images de soldats américains arborant sur leur treillis l’insigne des milices kurdes syrienne YPG, les Unités de protection du peuple.

Les Etats-Unis voient les YPG comme des alliés dans la lutte contre Daech, mais l’armée a ordonné aux soldats d’enlever les écussons.

“Le fait est que ce n’est pas autorisé” a expliqué le colonel Steven Warren. “Donc, dans ce cas, il leur a été donné ordre de retirer ces insignes. Je ne suis pas au courant de sanctions additionnelles. Mais la chose importante est que la situation a été corrigée et que nous avons communiqué à nos alliés qu’une telle conduite était inappropriée et non autorisée.”

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, avait auparavant dénoncé ce qu’il estime être l’hypocrisie des Etats-Unis :

“Nous leur recommandons de porter des badges de Daech, du Front Al-Nosra lorsqu’ils sont ailleurs en Syrie, et de Boko Haram lorsqu’ils vont en Afrique puisqu’ils ne considèrent pas les Unités de protection du peuple comme un groupe terroriste.”

Ankara considère les milices kurdes de Syrie comme étroitement liées aux PKK, les rebelles kurdes sur son sol.

Washington, à l’inverse, estime qu’il s’agit de deux forces distinctes, l’une terroriste, l’autre non.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article