DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les médias de Corée du Nord votent pour Trump

monde

Les médias de Corée du Nord votent pour Trump

Publicité

Rodong Sinmun, le journal officiel du parti unique, et un site nord-coréen ont un regard bienveillant à l’égard de la candidature du milliardaire Donald Trump à l’élection présidentielle américaine.

Le 31 mai, l‘édito du quotidien officiel évoquait notamment « l’angoisse » ressentie par la Corée du Sud face aux promesses de campagne du candidat républicain. Celui-ci espère rappeler les troupes américaines stationnées à la frontière sud-coréenne, si le gouvernement local se refuse à apporter un meilleur soutien financier à cette action militaire.

Environ 30 000 soldats américains sont déployés en permanence le long de cette frontière. D’après Rodong Sinmun, la Corée du Nord vit cette présence comme « une provocation » et considère que Washington joue un rôle de « marionnettiste » auprès de Séoul. Alors, selon ce média, Donald Trump pourrait débloquer la situation.

En effet, le candidat à l’élection présidentielle se dit prêt à rouvrir le dialogue avec Kim Jong-Un, le dirigeant nord-coréen. Fin avril, lors de l’annonce de son programme en matière de politique étrangère, Trump avait également déclaré : « les Etats-Unis doivent être prêts à laisser ces pays se défendre eux-mêmes ».

Si ces déclarations concernaient directement les états d’Europe et d’Asie soutenus par l’armée américaine, Donald Trump ne s’est prononcé en faveur d’aucun des gouvernements locaux. Au contraire, son programme envisage uniquement la protection du territoire des Etats-Unis : « L’Amérique d’abord sera le thème majeur de mon administration ».

Le site nord-coréen DPRK Today, plus éloigné des instances gouvernementales, considère quant à lui que Donald Trump « n’est pas au bout du compte un candidat au langage grossier, étrange ou ignorant, mais un homme politique sage, capable de regarder vers l’avenir ».

Le site s’avère plus radical concernant les relations diplomatiques entre Pyongyang et Washington : « Peu importe qui est élu président, la politique hostile des Etats-Unis envers la Corée du Nord ne changera pas et les folles promesses de campagne de Donald Trump ne sont rien de plus qu’un stratagème électoral ».

DPRK Today ne se montre pas pour autant clément avec Hillary Clinton, principale rivale de Donald Trump à l’investiture américaine. Qualifiée de « terne » et d’« ennuyeuse », la candidate démocrate est décrite par le site comme une femme « bornée » qui pourrait « utiliser le modèle iranien pour résoudre les problèmes nucléaires sur la péninsule coréenne.»

La Corée du Nord n’est pas l’unique soutien de Donald Trump au sein de la communauté internationale. En décembre 2015, le président russe Vladimir Poutine avait déclaré que le milliardaire était « un homme brillant et plein de talent. » L’intéressé s’était dit « honoré » d’un tel compliment émanant d’une personnalité « très respectée dans son pays et au-delà des frontières russes. »

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article