DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quels colistiers possibles pour Hillary Clinton et Donald Trump ?

monde

Quels colistiers possibles pour Hillary Clinton et Donald Trump ?

Publicité

La saison des primaires américaines est presque terminée, l’investiture officielle des deux candidats à l‘élection présidentielle approche. Un nouveau suspens commence. Qui pour accompagner Hillary Clinton et Donald Trump? Les spéculations vont bon train sur le choix des colistiers. Un choix qui pourrait les aider à compenser leurs faiblesses dans l‘électorat. Aux Etats-Unis, ils sont choisis par les candidats avant l‘élection, et font ensuite “ticket commun.” Jusqu’en novembre, ils feront donc campagne au côté de leur candidat.

Les démocrates

Bernie Sanders

Le sénateur du Vermont, rival de Hillary Clinton aux primaires, a galvanisé la gauche du parti et pourrait aider la démocrate à mobiliser les troupes le jour de l‘élection. Il serait un formidable colistier, si Sanders et Clinton pouvaient enterrer la hache de guerre et surmonter leur rivalité. Un tel ticket semble pour beaucoup irréaliste mais cela ferait beaucoup de sens politique.

La dernière chose dont Hillary Clinton a besoin est de d’aliéner les troupes de Bernie Sanders à commencer par les étudiants. Si ces militants décident de retirer leur soutien, Hillary Clinton serait en mauvaise posture en novembre face à Donald Trump. Elle a donc besoin de dynamiser la base, d’embrasser une grande partie de l’agenda de Bernie Sanders. Mais le sénateur, 74 ans, se définit comme un socialiste démocrate, une étiquette clivante aux États-Unis.

Elizabeth Warren

Sénatrice du Massachusetts depuis 2013, ancien professeur à Harvard, 66 ans, elle est comme Bernie Sanders une championne de la gauche progressiste et anti-Wall Street, et l’une des critiques les plus virulentes de Donald Trump. Elle s’est battue pour la protection financière des familles de la classe moyenne après la crise financière. Mais un duo Clinton-Warren serait le premier entièrement féminin de l’histoire. Trop révolutionnaire ?

“La plupart des électeurs qui seraient réfractaires à l’idée d‘élire deux femmes sont déjà probablement perdus pour Hillary Clinton” estime Joel Goldstein, professeur à l’université de St Louis.

Tim Kaine

Ancien gouverneur de Virginie et proche de Barack Obama, 58 ans, le sénateur de Virginie a de l’expérience en affaires étrangères. Il a été le deuxième sénateur démocrate à se rallier à Hillary Clinton, il y a deux ans. Autre avantage: il parle couramment espagnol.

Julian Castro

Ancien maire de la grande ville texane de San Antonio et actuel secrétaire au Logement de Barack Obama, Julian Castro, 41 ans, est un proche allié de Hillary Clinton en campagne, notamment auprès de la communauté hispanique. Mais, interrogé par CNN, il a simplement répondu: “ça ne se fera pas”.

Autres noms possibles

Pour récolter plus de voix chez les hommes blancs, Hillary Clinton pourrait choisir Mark Warner, 61 ans, ancien gouverneur et sénateur de Virginie; Tom Vilsack, 65 ans, ex-gouverneur de l’Iowa et actuel secrétaire à l’Agriculture de Barack Obama; ou encore Sherrod Brown, 63 ans, sénateur de l’Ohio, classé à gauche.
Républicains:

Les républicains


Chris Christie

Gouverneur du New Jersey, ex-candidat des primaires, il fut l’une des premières personnalités républicaines à se rallier à Donald Trump. Les deux hommes ont un commun un certain franc-parler, et Donald Trump n’a pas exclu qu’il puisse faire partie de sa liste.

Newt Gingrich

Figure de l’establishment, 72 ans, il fut l’architecte de la reconquête républicaine en 1994 de la Chambre des représentants, qu’il a présidée, devenant l’adversaire principal du président démocrate Bill Clinton.

Il s’est présenté en 2012 aux primaires présidentielles, sans succès, et s’est rallié au milliardaire dès sa victoire. « Je ne le refuserais pas automatiquement », a-t-il dit sur Fox News.

Rob Portman

Républicain au ton posé, le sénateur de l’Ohio de 60 ans est le portrait inverse de Donald Trump. Expert du budget, il connaît les allées du pouvoir mais a affirmé que le poste de l’intéressait pas.

Ben Carson

Seul candidat afro-américain des primaires, le neurochirurgien à la retraite serait en revanche probablement intéressé. Il s’est rallié rapidement au milliardaire et a rejoint son équipe de campagne.

Donald Trump a déclaré qu’il y avait 40 % de chances que son colistier soit un ex-rival des primaires.

Mary Fallin

La gouverneure de l’Oklahoma, 61 ans, est peu connue aux États-Unis, mais elle pourrait aider Donald Trump à combler son retard dans l‘électorat féminin. Elle-même a déclaré que faire partie des candidats possibles était un
“honneur”.

Autres noms possibles

La liste est longue et inclut : l’ancienne gouverneure de l’Arizona Jan Brewer, très à droite; le sénateur du Tennessee Bob Corker, président de la commission des Affaires étrangères; le sénateur de l’Alabama Jeff Sessions, anti-immigration; ou encore la sénatrice de l’Iowa Joni Ernst. John Kasich, dernier candidat des primaires à s‘être retiré, est fréquemment mentionné mais il martèle n‘être pas intéressé.

avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article