Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Ils ont fui l'enfer de Fallujah

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Ils ont fui l'enfer de Fallujah

<p>La reprise de Fallujah est plus difficile que prévue. L’Etat islamique déploit une résistance farouche et possède une arme redoutable : les 50.000 civils, pris au piège et qui servent de bouclier humain, selon l’Onu. Des appels pour un corridor humanitaire sont lancés, sans succès. </p> <p>La reprise de Fallujah a débuté le 22 mai, et malgré la progression difficile les forces irakiennes espèrent libérer cette ville à 50 km de Bagdad, contrôlée par Daesh depuis deux ans et demi. </p> <p>Dans ce camp de réfugiés, à 30 km de là, seulement 554 familles, qui ont pu fuir les alentours de Fallujah : <br /> “Nous avons une vie extrêmement difficile, raconte une femme, on a connu tellement de misère, de famine, de destruction. Ca fait trois mois que je n’arrive pas à marcher, j’ai été obligée de partir sans mes enfants qui sont blessés, j’ai été obligée de manger la nourriture des animaux, on a fui nos maisons, les bombes pleuvaient sur nos têtes.” </p> <p>Ces familles-là ont été libérées lors de l’avancée des troupes gouvernementales.<br /> Des bus les transportent dans des zones sécurisées. Leurs regards racontent la même tragédie : </p> <p>“On a été assiégé dans la ville de Fallujah pendant trois ans, dit une passagère. On s’est nourri de dattes pourries. On a plus de maison. Mais on remercie le ciel d‘être évacués sains et saufs.’‘</p>