DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les Suisses vont-ils dire "oui" au revenu de base?

monde

Les Suisses vont-ils dire "oui" au revenu de base?

Publicité

Ce dimanche, les citoyens suisses sont appelés à se prononcer pour ou contre l’instauration du revenu de base pour tous (RBI).

Un minimum vital fixé à 2500 francs suisses par mois, alloués aux Suisses et aux étrangers résidant depuis au moins cinq ans dans le pays, qu’ils travaillent ou non. Lors de manifestations pour le “oui”, les partisans du RBI se déguisaient en robots, pour représenter les emplois pénibles que les travailleurs pourront refuser si la mesure passe.

“Je pense que le revenu de base peut nous aider à reconcevoir l‘économie et le marché du travail, pour que plus de gens puissent faire ce qui leur plait vraiment, et qu’ils se réalisent dans le travail”, explique un partisan du RBI.

Séparer travail et rémunération est dangereux répondent les opposants. Nathalie Fontanet, membre des Libéraux Radicaux, fait campagne pour le non:

“Ce sont des montants extrêmement importants qui plutôt que d’encourager les individus qui sont en mesure de le faire, d’aller travailler et d‘être finalement indépendants. Cela va encourager certaines personnes finalement à ne plus rien faire et moi j’estime que c’est contre nos valeurs, c’est respectivement contre la cohésion sociale”, explique-t-elle.

Si le principe du revenu de base est appliqué, on estime que 280 milliards de francs suisses seront versés chaque année dans le pays. L‘État helvète devra ainsi trouver 25 milliards de francs suisses supplémentaires pour le financer.

Mais les chances sont maigres: Un sondage donne le non vainqueur à 71%.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article