DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pékin dit non à l'arbitrage international concernant son conflit en mer de Chine méridionale

monde

Pékin dit non à l'arbitrage international concernant son conflit en mer de Chine méridionale

Publicité

Les pays d’Asie du Sud ont envoyé leurs plus hauts gradés à Singapour vendredi.
L’objectif de la réunion: discuter d’un différend entre Chinois et Philippins qui empoisonnent les relations entre les deux états.
Pour éteindre le début d’incendie: Ashton Carter, le Secrétaire américain à la défense est présent. Washington se veut le garant de la sécurité dans la région depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Le désaccord porte sur une zone de mer située entre les deux pays.
Manille a fait appel à la justice internationale à La Haye pour trancher, la Cour permanente d’arbitrage. Hors de question pour Pékin qui a fait connaître son point de vue via Guan Youfei, Amiral de la Marine chinoise et représentant chinois à Singapour. “Pour le dire simplement, l’arbitrage va au-delà des compétences détenues par la Cour d’arbitrage car les conflits territoriaux et de souveraineté ne peuvent être soumis à l’arbitrage. Pour nous c’est illégal, nous n’y prendront pas part”.

Appelée mer de Chine du Sud , mer des Philippines de l’Ouest suivant de quel côté l’on se situe, cette zone maritime est surtout au coeur de la zone marchande la plus dynamique du monde. Pékin tente d’y consolider son implantation, en construisant des îlots artificiels ou des phares notamment près des îles Spratleys.

Reste à savoir combien de temps encore les Etats-unis, pourront le tolérer. En cas de non-respect de l’arbitrage Washington pourrait se retrouver forcé à faire respecter la décision entrant dans un bras de fer avec Pékin. Côté philippins, le nouveau président Duterte a tenu des propos contradictoires en ce qui concerne sa politique vis-à-vis de la Chine. Quelle orientation prendra-t-il ? C’est pour l’instant un autre point d’interrogation.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article