DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Euro 2016 : l'Allemagne, la Croatie et la Pologne s'imposent

the corner

Euro 2016 : l'Allemagne, la Croatie et la Pologne s'imposent

Publicité
  • Turquie 0 – 1 Croatie
  • Pologne 1 – 0 Irlande du Nord
  • Allemagne 2 – 0 Ukraine

Les Allemands ont souffert pour l’emporter

C’est un match de très haut niveau qui a eu lieu à Lille entre l’Allemagne et l’Ukraine.

Une rencontre où les occasions se sont multipliées d’un côté comme de l’autre, mais surtout pour les Allemands. Ces derniers ouvrent le score à la 19e minute grâce à Mustafi. Le défenseur de Valence reprend, de la tête, un coup franc de Kroos. Pyatov, le portier ukrainien, n’a pas le temps de réagir.

Il est revanche décisif à plusieurs reprises par la suite (29e, 48e, 61e, 75e). Tout comme Manuel Neuer en face. Le gardien allemand impérial dès la 5e minute sur une frappe de Konoplyanka. Boateng, lui, était tout proche de marquer contre son camp avant la pause mais a dégagé le ballon sur sa ligne in extremis.

Les Ukrainiens, à force de pousser pour égaliser, ont encaissé un deuxième but dans le temps additionnel. Schweinsteiger a mis fin au suspense à la 92e minute. 2-0. Début parfait des champions du monde.

Trois choses à retenir sur Allemagne – Ukraine

  • Les Allemands ont réussi 612 passes contre “seulement” 202 côté ukrainien.
  • Bastian Schweinsteiger n’avait plus marqué avec l’Allemagne depuis octobre 2011.
  • Joachim Löw est le sélectionneur qui a dirigé le plus de matches à l’Euro, avec 12 rencontres sur le banc.

Une Croatie peu réaliste mais victorieuse

Le premier choc du très dense groupe D a tourné à l’avantage de la Croatie.

Opposés à la Turquie, les Croates ont eu les occasions les plus franches dans cette rencontre. La première à la 2e minute avec Rakitic dont la tentative sur un tacle glissé passe de peu à côté.

En revanche, la tentative de Modric, juste avant la pause, fait mouche. Suite à un ballon dégagé très haut, le milieu du Real décoche une frappe soudaine qui trompe Volkan Babacan. Logiquement, les Croates mènent après 45 minutes.

Dominateurs, les hommes d’Ante Čačić continuent d’attaquer dès le retour des vestiaires. À la 52e minute, Darijo Srna prend sa chance à 20 mètres, mais sa frappe heurte la barre. Les montants que les Croates vont de nouveau toucher à 20 minutes de la fin. Cette fois, c’est Perisic qui manque de doubler la mise.

En fin de rencontre, les Turcs poussent pour égaliser mais sans se créer de véritables occasions. Succès 1-0 d’une Croatie peu réaliste mais qui récolte trois points ô combien importants.

Trois choses à retenir sur Turquie – Croatie

  • Luka Modric, auteur du but victorieux, a réussi 52 passes dans le match. Personne n’a fait mieux.
  • La Turquie a perdu son premier match dans toutes les grandes compétitions qu’elle a disputées : Coupes du monde 1954 et 2002, et Euro 1996, 2000, 2008 et 2016.
  • La Croatie a tenté 15 frappes à l’intérieur de la surface de réparation. Un record pour une nation dans une compétition majeure.

La Pologne était au-dessus

La Pologne n’avait pas le droit à l’erreur face à l’Irlande du Nord, équipe, à priori, la plus faible du groupe C.

Et comme attendu, les Polonais ont fait parler leur vitesse et leur technique. En première période, ils se créent deux énormes opportunités avec Milik et Kapustka. Le premier est imprécis, le second trouve McGovern sur sa route.

Dans une rencontre finalement assez pauvre en occasions, les hommes d’Adam Nawalka trouve la faille à la 51e minute. Blaszczykowski sert Milik dont la frappe du gauche trompe le portier adverse. L’Irlande du Nord a bien tenté de bousculer la Pologne dans les dernières minutes. En vain. 1-0 score final.

Trois choses à retenir sur Pologne – Irlande du Nord

  • Première victoire dans un championnat d’Europe pour la Pologne.
  • L’Irlande du Nord n’a pas touché un seul ballon dans la surface polonaise en première période.
  • Aucun tir en première période pour l’Irlande du Nord. Dernier précédent dans un Euro : l’Italie en 2000 contre les Pays-Bas.

L’homme du jour




Ce qu’en disent les réseaux sociaux




Au programme ce lundi

Espagne – République tchèque

Deuxième match du groupe D ce lundi à 15h. Une rencontre entre l’Espagne et la République tchèque.

Les Espagnols, double tenants du titre, sont évidemment favoris de ce duel. Après la désillusion du Mondial 2014, les hommes de Vicente Del Bosque ont su relever la tête lors des qualifications pour l’Euro. L’objectif affiché du sélectionneur n’est pas la victoire finale, mais on peut être certain que les joueurs feront tout pour aller au bout.

Les Tchèques pourraient donc bien être les premiers à souffrir face à la Roja lors de cet Euro. Dans un groupe très dense, les partenaires de Petr Cech seraient pourtant bien inspirés de prendre un point pour tenter de terminer dans les deux premiers et être certains de disputer les huitièmes de finale.


Belgique – Italie

C’est l’affiche du groupe E ! La Belgique et l’Italie s’affrontent ce lundi soir, à Lyon, à 21h

Les deux nations font partie des outsiders de cet Euro et vont chercher à se rassurer après des matches de préparation peu convaincants. Pour cela, Marc Wilmots, le sélectionneur des Diables Rouges, pourra s’appuyer sur un secteur offensif impressionnant. Côté italien, la défense semble être le point fort. L’attaque se cherche. Quant au milieu de terrain, il est amputé de Claudio Marchisio et Marco Verratti.

Ce match sera certainement une bataille tactique. Reste à voir si le spectacle sera au rendez-vous.


Irlande – Suède

Autre affiche du groupe E : Irlande – Suède à 18h au Stade de France. Les Irlandais participent à leur troisième championnat d’Europe. En 1988 et 2012, ils n’avaient pas franchi le premier tour. Pour y parvenir cette année, l’Irlande peut toujours compter sur son attaquant mythique Robbie Keane.

Côté suédois, on s’appuiera sur Zlatan Ibrahimovic. Car ce match est également l’occasion de le revoir sur les pelouses françaises. L’ancien attaquant du Paris Saint-Germain est le leader d’une nation qui doit absolument l’emporter avant de se frotter à l’Italie et la Belgique.


La journée en images

Euro 2016: day 3 as it happens

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article