DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Après l'attaque d'Orlando, les temps des réactions politiques

monde

Après l'attaque d'Orlando, les temps des réactions politiques

Publicité

Ils sont plusieurs dizaines d’anonymes à s‘être rassemblés devant la Maison-Blanche, unis pour rendre hommage aux victimes de l’attaque d’Orlando. Selon le dernier bilan, le carnage aurait fait 50 morts.
D’après la police, le tireur Omar Mateen a fait allégeance à l’Etat islamique. C’est donc toute la communauté musulmane qui a aujourd’hui peur des amalgames. Nihad Awad du Conseil pour les relations entre les Etats-Unis et l’islam, a tenu à régir très vite.
“Il s’agit d’un crime de haine. Nous le condamnons très fermement. Cela viole les principes des Etats-Unis mais aussi de l’islam. Je vais être clair, nous n’avons aucune tolérance pour les extrémismes de toutes sortes”, a -t-il expliqué lors du’ne conférence de presse.

En pleine campagne des primaires, les candidats à la présidentielle ont été prompts à réagir.
Sur Twitter, Hillary Clinton s’est dite solidaire des victimes. Elle reporte ainsi un meeting prévu mercredi.

Donald Trump, lui, insiste sur le danger que réprésente l’islamisme radical.
Et a réitéré sa promesse de campagne d’interdire l’accès aux Etats-Unis pour les migrants musulmans.

Mais ce qui revient dans le débat, c’est aussi la circulation des armes à feu. Bernie Sanders a clairement pointé du doigt un système qui créé lui même les conditions de ce genre de massacre. “Vous savez depuis 25 ans, je crois que dans ce pays nous ne devrions pas vendre des armes automatiques faites pour tuer des gens”, a-t-il commenté.

La tuerie a fait au moins 53 blessés. 44 personnes ont été admises à l’hôpital dans la journée. Les centres de don du sang sont désormais pris d’assaut. Des centaines de personnes font la file pour aider les victimes.
L’attaque de la discothèque d’Orlando est la plus grave tuerie de l’histoire moderne des Etats-Unis.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article