DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Euro 2016 : l'Espagne et l'Italie sont là !

the corner

Euro 2016 : l'Espagne et l'Italie sont là !

Publicité
  • Espagne 1 – 0 République tchèque
  • Irlande 1 – 1 Suède
  • Belgique 0 – 2 Italie

L’Espagne a eu chaud

L’Espagne a su être patiente contre la République Tchèque.

Pour leur entrée en lice dans cet Euro 2016, les Espagnols, double tenants du titre, ont été bons dans le jeu, nettement moins dans la finition. Ils ont tiré 17 fois, n’ont cadré que 5 tentatives. Et le seul but du match est intervenu à la 87e minute. Piqué, de la tête, reprend un centre d’Iniesta. 1-0 pour l’Espagne qui assure l’essentiel.

Iniesta, passeur décisif, a été excellent, contrairement à Fabregas, remplacé par Thiago Alcantara à la 70e minute. Morata, lui, était sorti quelques instants plus tôt, laissant sa place à Aduriz. Ce dernier devenant ainsi le joueur le plus âgé à disputer l’Euro pour la Roja à 35 ans et 122 jours.

Andrés Iniesta : “Le premier match est passé. C‘était très difficile. Maintenant, nous sommes tournés vers la Turquie. Nous voulons avancer, c’est un long chemin. Il y a six ou sept matches jusqu‘à la fin. Nous allons essayer d’assumer notre statut de champion du mieux possible”

Trois choses à retenir sur Espagne – République tchèque

  • Tomas Rosicky a joué plus de minutes avec la République tchèque lors de ce match qu’avec Arsenal durant toute la saison.
  • L’Espagne est désormais invaincue depuis 13 matches à l’Euro (10 victoires et 3 nuls). Un record.
  • Andrés Iniesta est le seul Espagnol à avoir délivré au moins une passe décisive dans trois éditions de l’Euro.

L’Italie, au métier

Le choc du groupe E a bien eu lieu et c’est à l’expérience que l’Italie a dominé la Belgique.

Les hommes d’Antonio Conte, extrêmement disciplinés, ont ouvert le score à la 32e minute grâce à Giaccherini. Le milieu de Bologne profitant d’une longue ouverture de Bonucci dans le dos de la défense des Diables Rouges.

Les Belges ont été bien meilleurs après la pause mais n’ont pas su concrétiser leurs occasions. Et à force de pousser pour égaliser, ils ont même encaissé un deuxième but en fin de match sur un contre conclu par l’attaquant de Southampton Graziano Pellè.

2-0 pour l’Italie qui prouve à ceux qui en doutaient qu’il faudra compter sur elle dans cet Euro.

Trois choses à retenir sur Belgique – Italie

  • La Belgique a encaissé au moins un but lors de ses huit derniers matches.
  • Gianluigi Buffon a disputé son 14e match à l’Euro. Un record pour un Italien.
  • Le 11 titulaire de l’Italie contre la Belgique était le plus vieux de l’histoire de l’Euro : 31 ans et 169 jours de moyenne.

Irlandais et Suédois dos à dos

C‘était le match des “petits” de ce groupe E entre l’Irlande et la Suède. Une rencontre globalement dominée par les Irlandais. Ce sont d’ailleurs eux qui marquent les premiers en tout début de seconde période. Hoolahan inscrit son troisième but en sélection. Il est le quatrième Irlandais à marquer lors d’un Euro.

Mais à 20 minutes de la fin, “les hommes en verts” voient la Suède revenir. Ciaran Clark marque contre son camp sur un centre d’Ibrahimovic. Plus rien ne sera inscrit. Ce match nul (1-1) n’arrange personne.

Trois choses à retenir sur Irlande – Suède

  • La Suède n’a cadré aucune frappe en sept tentatives et a malgré tout inscrit un but. Une première à l’Euro depuis 1980.
  • Ciaran Clark a inscrit le premier but contre son camp de cet Euro 2016.
  • Robbie Keane est devenu l’Irlandais le plus âgé à disputer un Euro, à 35 et 11 mois.

L’homme du jour

Antonio Conte avec le nez en sang après avoir fêté le premier but de son équipe.




Ce qu’en disent les réseaux sociaux




Au programme ce mardi

Le derby Autriche – Hongrie

Place au groupe F ce mardi. Le premier match de la journée, c’est Autriche – Hongrie à 18h à Bordeaux. Ce sera le 137e duel entre les deux nations, le premier lors d’un Euro. Loin d‘être favoris de la compétition, les Autrichiens le sont de ce match. Avec des joueurs comme Alaba, Arnautovic ou encore Fuchs, ils ont les armes pour poser des problèmes à n’importe qui.

De leur côté, les Hongrois abordent ce derby avec la satisfaction d‘être présent à l’Euro pour la première fois depuis 1972. La Hongrie, troisième de son groupe de qualification, avait éliminé la Norvège en barrages. Les hommes de Bernd Storck se considèrent comme outsiders, et ont donc mis toute la pression sur leur adversaire.

Portugal – Islande

À 21h, à Saint-Etienne, le Portugal défiera l’Islande. Là encore, le favori est évident. Les Portugais, emmenés par Cristiano Ronaldo, semblent plus forts que leurs adversaires. Les Lusitaniens sont en forme. La preuve avec le résultat de leur dernier match amical : une victoire 7-0 contre l’Estonie. L’Islande est prévenue.

Mais les Islandais pourraient bien créer la surprise, eux qui ont fini deuxièmes de leur groupe de qualifications juste derrière la République tchèque. Une performance de haut niveau qui leur permet de disputer une grande compétition pour la première fois de leur histoire. Avec l’ambition d’y briller.


La journée en images

Euro 2016: day 4 as it happens

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article