DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La campagne présidentielle américaine à l'heure du terrorisme

monde

La campagne présidentielle américaine à l'heure du terrorisme

Publicité

Éclairage de Stefan Grobe, correspondant d’Euronews à Washington

- Neil O’Reily : Quelles seront les conséquences de la tuerie d’Orlando sur la campagne présidentielle ?

- Stefan Grobe : D’une certaine manière Orlando est le premier test de la campagne présidentielle qui permet aux candidats de prendre une posture présidentielle, et les deux le font différemment. Donald Trump tweet qu’il avait prévenu que cela arriverait, il en est presque à s’auto-congratuler, il appelle à prendre des mesures plus sévères et plus intelligentes pour lutter contre le terrorisme islamique, à faire une guerre totale contre l‘État islamique au Moyen-Orient et à interdire aux Musulmans de voyager aux États-Unis.

Hillary Clinton a été beaucoup plus modérée, parlant de l’héroïsme des sauveteurs, appelant à l’unité et expliquant qu’il fallait rester unis et non pas diaboliser la communauté musulmane au sein de la nation américaine. Bien sûr, elle s’oppose à l’interdiction des visas pour les Musulmans et dit que les Etats-Unis ont besoin des Musulmans dans cette lutte. Bien entendu, elle a également mentionné les autres aspects de cette terrible histoire : la violence contre la communauté LGBT, la violence par les armes et la haine en général comme étant l’un des problèmes majeurs de la société. En un mot, la campagne présidentielle s’est emparée de l‘évènement et a fait du terrorisme une de ses priorités.

- Neil O’Reily : En qui les Américains ont ils le plus confiance : en Trump ou en Clinton ?

- Stefan Grobe : Pour tous les Américains, le terrorisme est la priorité numéro 1 de cette campagne. Selon les sondages, une majorité d’Américains considère Donald Trump plus ferme sur la question du terrorisme. Mais il y a aussi une majorité d’Américains qui pense que Hillary Clinton est plus forte que Trump en termes de tempérament et d’expérience, qui sont, l’un comme l’autre, nécessaires dans la lutte contre le terrorisme. Ajoutons que la réaction du public a été particulièrement calme. Soit à cause des températures très élevées ce week-end où c’est arrivé, soit, et ce serait plus grave, parce que les Américains se sont habitués à ce type de violence qu’ils considèrent presque comme une sorte de catastrophe naturelle qui frappe le pays de temps à autre.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article