DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Moins d'armes nucléaires, et pourtant le désarmement est loin

monde

Moins d'armes nucléaires, et pourtant le désarmement est loin

Publicité

Les neuf pays “atomiques” réduisent le nombre de leur têtes nucléaires mais une nouvelle course est lancée : celle de la modernisation des arsenaux.

Selon une étude annuelle publiée par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), “début 2016 les neuf états, les Etats-Unis, la Russie, le Royaume Uni, la France, la Chine, l’Inde, le Pakistan, Israël et la Corée du Nord, possédaient environ 4120 têtes nucléaires déployées de façon opérationnelle”.

Le nombre d’armes nucléaires dans le monde a baissé ces dernières années notamment grâce à l’accord bilatéral START passé dans ce sens entre les Etats-Unis et la Russie.

Mais cette baisse reste très lente et de surcroît, les deux super-puissances, qui à elles seules totalisent 93% du nombre de têtes nucléaires, se sont engagées dans des programmes extrêmement ambitieux de modernisation de leur arsenal.

Et le président américain, lauréat d’un prix Nobel de la Paix, qui il y a sept ans plaidait pour un monde sans arme nucléaire, s’est récemment prononcé pour un programme de mille milliards de dollars de modernisation de l’arsenal américain.

S’il est vrai que le programme américain semble avoir grand besoin d’une mise à jour, cette annonce semble tout de même peu cohérente avec, au hasard, le discours plein d‘émotion de Barack Obama à Hiroshima il y quelques semaines.

Les opposants dénoncent les dérives d’un programme qu’ils “ont appelé “Trillion Dollar Trainwreck” (le train fantôme à mille milliards)”:http://static1.squarespace.com/static/52311edfe4b0830625de8366/t/570ff2bed210b8a7d566f530/1460662985134/trillion_trainwreck.pdf.

Dans le projet de budget 2017 de l’administration Obama , on peut lire au sujet de la Russie :

- Ce budget nous permet d’adopter une position forte et balancée face à l’agression russe dans l’est de l’Europe.

- Nous voulons contrer les politiques agressives de la Russie à travers l’investissement dans un spectre de capacités opérationnelles. La proposition de budget 2017 nous permettra de modifier et d’améliorer nos systèmes de défense aérienne, de développer de nouveaux systèmes non habités, de concevoir un nouveau bombardier au long rayon d’action, un nouveau missile balistique longue portée, et moderniser notre arsenal nucléaire.

La dissuasion nucléaire semble donc avoir encore de beaux jours devant elle.

Interrogée par Euronews, Shannon Kile, directrice de l‘étude du SIPRI, conclut : “Je ne dirais pas que le monde devient moins sûr mais plutôt que les risques et les dangers liés à l’armement nucléaire continuent à exister plus d’un quart de siècle après la fin de la Guerre froide. Notre rapport montre que les armes nucléaires continuent de jouer un rôle central dans les stratégies de défense des neuf pays qui possèdent la bombe atomique.

Leur marginalisation, voire leur disparition complète, semble donc une prospective plus qu’irréaliste.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article