DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Loi travail: retrouvailles stériles entre le gouvernement français et la CGT

monde

Loi travail: retrouvailles stériles entre le gouvernement français et la CGT

Publicité

La confirmation est tombée ce vendredi : les syndicats vont continuer de battre le pavé des rues françaises. Pour la première fois en trois mois, la ministre du Travail recevait le secrétaire général de la CGT, premier syndicat français.

Philippe Martinez a évoqué un “dialogue constructif” sur le sujet de la loi travail, mais il a dressé à la sortie de la réunion un bilan attendu : le consensus n’est pas trouvé.

“On a proposé des méthodes au gouvernement parce que ce n’est pas nous qui gouvernons. Et à la minute où je vous parle il n’y a aucune raison que ni la votation citoyenne ni les journées de mobilisation prévues soient retirées”, a-t-il affirmé sur le parvis du ministère.

Le principal point d’accrochage, reste la primauté des accords d’entreprise sur la branche. La ministre ne veut pas céder : “la primauté de l’accord d’entreprise, c’est la position du gouvernement, parce qu’il nous semble aujourd’hui essentiel de laisser plus d’espace, de respiration à l‘échelle de l’entreprise”, a affirmé Myriam El Khomri.

L’exécutif a menacé d’interdire les défilés des 23 et 28 juin, suite aux nouvelles violences survenues en marge des manifestations mardi dernier. Au premier plan de la contestation, la CGT est face à une mobilisation en perte de vitesse, mais garde le soutien des 64% de Français en faveur du retrait de la loi.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article