DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

EURO2016 : cachez ce vin que je ne saurais boire !

monde

EURO2016 : cachez ce vin que je ne saurais boire !

Publicité

Une ménagère de moins de 50 ans fait ses courses vendredi vers 18h dans un supermarché du centre-ville de Lyon. Elle s’apprête à acheter du vin pour un dîner entre amis le soir même quand elle se trouve face à un cordon de sécurité qui lui barre le passage et encercle le rayon des spiritueux. Elle aperçoit alors une affiche interdisant la vente d’alcool entre 12h et 21h tous les jours pendant l’EURO2016. Consternation! Et oui la vente d’alcool est interdite à Lyon dans les 1er, 2ème et 5ème et arrondissements par arrêté municipal car ces arrondissements sont proches de la fan zone place Bellecour. Et les petites bouteilles à portée de main qui la narguent en chantant “ Buvez-moi, buvez-moi, buvez-moi !”. La solution pour notre ménagère et surtout pour les hooligans à qui est destiné cet arrêté, se rendre dans le 6ème arrondissement en traversant juste le pont Lafayette ( cela prend 5 minutes à pied), plus facile à faire pour un hooligan fringant que pour une menagère avec tout le poids de ses courses. Résultat ce supermarché de centre- ville est en train de perdre 70% des ses ventes sur les boissons par rapport à la même période l’an dernier, et gare aux contrevenants, la police veille, les agents sont passés deux fois dans le magasin jeudi après-midi et l‘établissement qui enfreint la loi trinque: 350 euros d’amende par bouteille d’alcool vendue et 750 euros par pack de bière, de quoi vous couper la soif ! Du coup, les stocks qui avaient été augmentés en prévision de l’EURO2016 (350 % pour ce magasin lyonnais) s’accumulent et on a dû en renvoyer une grande partie dans les entrepôts de stockage de Rilleux-la-Pape avec ce que cela suppose de coût additionnel pour leur renvoi. Et ce magasin lyonnais n’a pas été le seul à devoir prendre cette décision provoquant semble-t-il la saturation de l’entrepôt.
Ce commerce de proximité a aussi été obligé d’annuler une animation “bière-baraque à frites” qui devait venir de Belgique et que l’on devra indemniser. Et pour finir, les embauches supplémentaires pour la saison estivale sont annulées à cause des pertes subies.

Si dans ce magasin de taille moyenne, sous enseigne et non géré par un commerçant indépendant, la situation est grave mais pas désespérée, il n’en va pas de même pour un petit Casino à 5 minutes à pied de la fan zone de la place Bellecour. Là, le gérant affirme perdre 1000 euros par jour depuis l’interdiction de vente d’alcool; alors que dans
la même rue, le magasin spécialisé Nicolas pouvait encore jusqu‘à ce lundi 20 juin vendre toutes les boissons alcoolisées souhaitées car il n’avait pas encore reçu l’arrêté municipal!

Cette politique, digne des temps de la prohibition, semble cependant porter ses fruits car il y aurait moins de problèmes que prévu dans la fan zone, du coup, le vigile d’un magasin qui devait faire des extras dans la fan zone confesse, dépité, que son contrat a été annulé ainsi que celui de 11 autres agents de sécurité..

Car si la “cervoise” peut couler à flots dans la fan zone de la capitale des Gaules, le prix de 6,50 euros par pinte de bière (50cl) pousse forcément à boire avec modération.

Et pour ceux qui doutent du bien fondé de cet arrêté municipal, qui peut faire s‘écrier “Cachez ce vin que je ne saurais boire!”, peut-être faut-il se pencher sur l’un des sujets du Bac philo de cette année: “Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ?” A méditer en sirotant une menthe à l’eau……

Prochain article