DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Virginia Raggi, première femme maire de Rome

monde

Virginia Raggi, première femme maire de Rome

Publicité

Inconnue il y a quelques mois, Virginia Raggi fait la Une de tous les médias bien au-delà de l’Italie et de sa capitale, Rome, qu’elle a conquis. Une victoire haut la main, plus de 67%, face à son rival soutenu par le Premier ministre Matteo Renzi. Mais le plus dur commence pour cette avocate de 37 ans, issu du Mouvement cinq étoiles. Euronews l’a rencontré.

“Nous commencerons par nous attaquer aux gaspillages, qui selon ce que l’on peut voir depuis la mise en place il y a deux ans et demi d’une Commission, coûte 1,2 milliards d’euros par an. Donc il faut récupérer l’argent perdu et le transformer en services”, explique-t-elle.

Lutter contre la corruption, améliorer la gestion des transports et le ramassage des déchets, les promesses sont nombreuses, mais seront d’autant plus difficiles à tenir que la ville est particulièrement endettée.

“Il y a l’immense enjeu de la renégociation de la dette de la ville de Rome, qui s‘établit entre 13 et 16 milliards d’euros. Il faut faire un audit pour comprendre exactement ce qui a été fait par la municipalité et renégocier ensuite les taux d’intérêts”, dit-elle.

Tous les yeux seront désormais rivés sur celle qui est devenue la première femme maire de la ville éternelle. Son interview est à suivre dans son intégralité ce mercredi dans notre émission “the Global Conversation”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article