DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La crise en Ukraine, terrain d'action pour le Vatican

Insight

La crise en Ukraine, terrain d'action pour le Vatican

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Pietro Parolin est venu en Ukraine pour distribuer de l’aide aux populations touchées par le conflit mais il a aussi rencontré le président Petro Porochenko, dans un effort pour tenter de faire avancer une mise en application complète des accords de Minsk.

Sergio Cantone, Euronews :
Votre Eminence, bienvenue sur Euronews. Vous êtes venu en Ukraine pour distribuer de l’aide et soutenir la population qui souffre à cause de ce conflit. Quelle est votre position vis-à-vis de cette guerre et envisagez-vous une solution politique ?

Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Saint-Siège :
Le Saint-Siège se repose sur les principes et les valeurs qui doivent être la base des relations entre les pays, les nations, au sein de la communauté internationale. Il s’agit des principes du droit international, et dans ce cas cela concerne le respect de la légalité internationale sur le territoire et sur les frontières de l’Ukraine.

Sergio Cantone, Euronews :
Cela concerne t-il aussi la Crimée ?

Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Saint-Siège :
Oui, cela concerne tout.

Sergio Cantone, Euronews :
Les accords de Minsk devraient être la clé car ils sont la base de ce cessez-le-feu difficile, et dont la mise en application n’est pas du tout totale. Selon vous est-ce que l’Ukraine devrait entreprendre des actions elle aussi ?

Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Saint-Siège :
Certainement, et même le Saint-Père lui-même a plusieurs fois déclaré que les accords de Minsk étaient la plate-forme d’où il il fallait partir et avancer.

Sergio Cantone, Euronews :
Pensez-vous que le fait que ces pays soit gangrenés par la corruption rende encore plus difficile la signature d’un accord honnête ?

Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Saint-Siège :
Quand j’ai rencontré les personnes déplacées, j’ai pensé qu’il était extrêmement important que ceux qui dirigent la destinée de l’humanité et qui sont les dirigeants politiques regardent les gens dans les yeux et voient que ces gens pleurent, comme nous l’avons vu, et se rendent compte que ce peuple souffre ; ils devraient être émus par cette souffrance.
La corruption est comme un mur qui empêche quelqu’un de voir au-delà de ses propres intérêts et de voir que d’autres gens existent.

Sergio Cantone, Euronews :
La position de l‘Église catholique est claire : “ouvrons les portes à tous ceux qui sont dans le besoin et qui fuient les guerres, les réfugiés et les migrants économiques”.

Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Saint-Siège :
Nous savons tous que l’Europe se trouve face à un défi qui met à l‘épreuve sa propre nature et sa cohésion. Bien-sûr, le sujet de l’immigration est un sujet extrêmement inquiétant. Il évolue tellement vite que nous n’avons même pas le temps d’appréhender et d’assimiler les migrants. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin d’un grand effort culturel qui pourrait nous aider à vivre ensemble, et de façon à éviter que ces différences ne deviennent des sources de conflits et de contrastes, mais plutôt qu’elles se transforment en opportunités pour une amélioration mutuelle.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article