DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La "révolution de couleurs" ne faiblit pas en ex République yougoslave de Macédoine

monde

La "révolution de couleurs" ne faiblit pas en ex République yougoslave de Macédoine

Publicité

Ils ont pour armes des pistolets à peinture, pour cibles des bâtiments officiels, et pour combat, la corruption.

Les manifestants ne décolèrent pas à Skopje.
Plus de 20 000 d’entre eux ont investi ce lundi les rues de la capitale de l’ex République yougoslave de Macédoine, parant de couleurs vives le ministère de la Justice.

Ils réclament des enquêtes sur des scandales qui éclaboussent des représentants du pouvoir et des élections justes.

_“On proteste depuis 70 jours maintenant et notre action a été baptisée “révolution de couleurs”. Nous avons tous les mêmes demandes, auxquelles le gouvernement en réagi pas. Cela fait plusieurs fois qu’on dit qu’on perd patience, on ne veut plus plus attendre, et on ne veut pas non plus laisser tomber nos revendications”, explique Maja Maracanin, l’une des manifestantes.

Le 12 avril, le chef de l’Etat, Gjorge Ivanov a décidé d’amnistier des politiciens impliqués dans un vaste système d‘écoutes téléphoniques illégales.

Cette décision, perçue comme une atteinte à l’Etat de droit, a mis le feu aux poudres.
Les manifestants accusent le parti au pouvoir, le VMRO-DMPNE (droite nationaliste), et notamment son chef de file Nikola Gruevski, ex-Premier ministre, d’avoir orchestré ce système d‘écoutes, révélé par l’opposition l’année dernière.

Ils exigent le retrait de l’amnistie, et la démission du président macédonien.
L’opposition avait par ailleurs menacé de boycotter les élections législatives anticipées du 5 juin.
Le Parlement macédonien a voté le 18 mai le report de ce scrutin.

_Avec agences _

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article