DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Brexit, crise existentielle pour le Royaume-Uni, l'Ecosse et l'UE

insiders

Le Brexit, crise existentielle pour le Royaume-Uni, l'Ecosse et l'UE

En partenariat avec

Après 43 ans de vie commune au sein de la Communauté économique européenne puis de l’Union européenne, les Britanniques ont choisi lors du référendum du 23 juin de faire de nouveau cavalier seul. Quelles conséquences pour l’Europe dont ils divorcent avec perte et fracas, mais aussi pour le Royaume-Uni et l’Ecosse ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que la donne a définitivement changé.

Un mariage est rarement parfait et ce couple n’a jamais fait semblant. Dès le départ, il a choisi l’union libre et faire compte commun a toujours été hors de question. Vivre en communauté, c‘était bien dans les années 1970, mais quand de plus en plus de voisins se sont installés dans le foyer, c‘était trop ! En plus, il se disputait beaucoup sur l’argent, les règles et les réglementations. Finalement, le 23 juin, le Royaume-Uni a choisi de divorcer de l’Union européenne. La nouvelle a été un choc pour les uns, un véritablement soulagement pour les autres.

Pour comprendre les enjeux de cette séparation, nous avons interrogé Pieter Cleppe qui dirige Open Europe à Bruxelles, un groupe de réflexion indépendant. D’après lui, peu de choses devraient changer au niveau économique, “les enjeux [étant] tout simplement trop importants pour que les choses dérapent”. Il lance aussi à l’UE, une recommandation sans appel : “Bruxelles devrait réellement mettre fin à l’aspect politique de la coopération européenne et se concentrer sur sa fonction d’organisation dédiée à la levée des barrières commerciales,” assure l’analyste.

En Ecosse, une large majorité d‘électeurs a voté pour le maintien dans l’Union et aujourd’hui, les Ecossais pourraient de nouveau chercher à obtenir leur indépendance du Royaume-Uni. Juste avant le vote du 23 juin, notre reporter Hans von der Brelie a constaté sur place qu’ils étaient nombreux à vouloir réintégrer l’Union en cas de Brexit.

Une option confirmée par Ross Cassie, un représentant élu du Parti national écossais. Nous l’avons joint à Macduff dans l’Aberdeenshire après ce Brexit. Il affirme que bon nombre de ses compatriotes s’estiment floués par Londres et que “le gouvernement écossais va à présent, s’adresser aux autres gouvernements pour voir comment l’Ecosse peut poursuivre son parcours avec l’Union, plutôt que d’en être exclue.”

Prochain article