DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Euro 2016 : l'Islande comme le Danemark 1992?

the corner

Euro 2016 : l'Islande comme le Danemark 1992?

Publicité

Bonjour et bienvenue de nouveau dans l’Euro 2016. Après 18 jours de compétition, il est maintenant l’heure des quarts de finale. Huit équipes sont encore en vie. Parmi elles, une nation vit un véritable conte de fées. Savez-vous de qui nous parlons?

“Nous pouvons battre tout le monde”

L’Islande a réussi le plus bel exploit de l’Euro en éliminant l’Angleterre en 8es de finale . Pourtant menés 1-0 dès la cinquième minute après un penalty de Rooney, les Islandais ont renversé les Anglais pour l’emporter 2-1. D’abord en égalisant par Sigurdsson une minute plus tard après une longue touche, la spécialité maison. Puis en prenant l’avantage à la 18ème minute par Sigthorsson. Et l’Islande ne compte pas s’arrêter là. Le sélectionneur Heimir Hallgrímsson,

“Si nous nous préparons bien, et si les joueurs jouent avec la même attitude qu’ils ont fait aujourd’hui, nous pouvons battre tout le monde. Mais nous sommes réalistes et nous savons que même si l’Islande joue le meilleur match de sa vie , nous pouvons encore perdre contre des nations comme l’Espagne, la France, l’Angleterre. Donc, nous sommes réalistes, mais nous croyons dans nos gars et, après cette victoire, je pense qu’ils croiront encore plus en eux-mêmes “.

En quart de finale, l’Islande affrontera le pays organisateur, la France, dimanche à Saint-Denis. La mission semble une nouvelle fois impossible. Mais rien ne paraît l‘être désormais pour cette équipe, qui soulève dans son sillon un incroyable vent de fraîcheur sur cet Euro. Comme le Danemark, vainqueur surprise en 1992.

Le sélectionneur anglais quitte le navire

Si l‘île a célébré sa qualification historique, les choses étaient complètement différentes côté anglais. La défaite de l’Angleterre a déjà eu des conséquences sur le banc.

Présentés comme l’un des outsiders de cet Euro, les Anglais, déjà devancés par le Pays de Galles au premier tour, sont sortis par la toute petite porte. Leur sélectionneur, Roy Hogdson, a été le premier à en faire les frais, officialisant lui-même son départ.

“.J’aurais aimé rester encore pendant deux ans, mais je suis pragmatique et je sais que nous sommes dans un système conditionné par les résultats. Mon contrat prenait fin après l’Euro, il est maintenant temps pour quelqu’un d’autre de superviser les progrès de ce jeune groupe affamé et de ces joueurs extrêmement talentueux. “.

Pendant que les Anglais quittaient la France, la statistique était inlassablement répétée, comme à chaque grande compétition internationale : l’Angleterre n’a plus rien gagné depuis 50 ans et la coupe du Monde 1966. Inconcevable pour un pays qui abrite pourtant depuis vingt ans l’un des plus grands championnats de la planète.

La fin de l‘ère espagnole?

Sans aucun doute, l‘élimination de l’Espagne dès les huitièmes de finale a été l’une des grandes surprises de cet Euro. L’adieu précoce au tournoi des doubles tenants du titre prouve qu’ils ne sont plus ce qu’ils étaient. Est-ce la fin d’un cycle? Analysons la situation.

Eliminée au premier tour de la coupe du Monde 2014, l’Espagne a cette fois cédé dès les huitièmes de finale. La Roja restait pourtant auparavant sur trois compétitions victorieuses. Mais pour le sélectionneur Vicente Del Bosque; l’Espagne a encore de beaux jours devant elle :

“Je pense que le football espagnol a une grande structure. Et nous avons travaillé pendant de nombreuses années. Il y a une bonne académie des jeunes, ce sont de bons joueurs. Et le travail des clubs est bon, si bien que je ne pense pas notre ère est terminée, non. Nous comprenons combien il est difficile de gagner un championnat majeur; à 24 équipes … Un seul peut gagner “.

Les clubs espagnols continuent en revanche de régner sur l’Europe du football. Témoin les victoires cette saison du Real Madrid en Ligue des Champions et du FC Séville en Ligue Europa. Des clubs qui retrouveront sans doute des internationaux meurtris par cette élimination précoce à la reprise.

Euro 2016, c’est fini pour aujourd’hui. Pour vous dire au revoir, nous vous laissons avec les meilleurs moments de la soirée de lundi. Les supporters islandais ont explosé d‘émotion et ne manquez pas comment leur célèbre commentateur a célébré le but de la victoire. À bientôt!

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article