DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Leur vie s'est arrêtée à l'aéroport d'Istanbul

monde

Leur vie s'est arrêtée à l'aéroport d'Istanbul

Publicité

Le triple attentat-suicide qui a frappé mardi soir l’aéroport Atatürk d’Istanbul a fait au moins 43 morts et 239 blessés et porte la signature de l’Etat islamique.

Euronews a choisi de rendre hommage aux victimes de ces attentats. Des hommes et des femmes ordinaires fauchés par le terrorisme aveugle, dont nous faisons le portrait.

1- Yusuf Haznedaroğlu: “Mort 10 jours avant son mariage”

L’attentat a eu lieu au moment où Yusuf Haznedaroğlu, employé de l’aéroport Atatürk, s’apprêtait à rentrer chez lui le soir après le travail.
Hazendaroğlu allait se marier dans dix jours. Les faire-part du mariage étaient envoyés.

Sa belle-mère : “Il était gravement blessé quand il est arrivé ici à l’hôpital de Bakırköy. Puis il est mort. C’est tout ce que nous savons. Il attendait le bus devant l’aéroport pour rentrer à la maison. Ses amis sont blessés. S’ils étaient restés quelques minutes de plus à l’intérieur, ils auraient pu éviter l’attentat. İl allait se marier dans 10 jours.”

2- Umut Sakaroğlu, agent des douanes, 31 ans : “S’il n’avait pas agi le nombre de morts aurait été beaucoup plus important”

Attaquant depuis trois endroits différents, en tirant des balles et en lançant des grenades les terroristes tentent d’avancer jusqu‘à la zone où sont regroupés tous les avions. L’un d’eux réussit à passer à travers le scanner X-Ray de l’aéroport pour atteindre la zone contrôlée par les agents des douane. Umut Sakaroğlu, armé également, arrête le terroriste en tirant sur lui. Le terroriste blessé, qui n’arrive plus à avancer d’avantage, se fait exploser, faisant une dizaine de morts. Umut s‘était jeté sur lui pour tenter de diminuer les effets de l’explosion. Selon les témoins si Umut n‘était pas intervenu le nombre de morts aurait été beaucoup plus important.”

3- Ertan An : “Sa femme était enceinte de 6 mois”

Interprète et traducteur assermenté Ertan An était marié et père d’un enfant. Après avoir fait une visite guidé aux touristes, il venait les déposer à l’aéroport. Ertan et sa femme attendaient leur deuxième enfant.Sa femme était enceinte de 6 mois.

4-Abdulhekim Buğda

Abdulhekim Buğda était originaire du Turkestan oriental (Région Autonome des Ouïghours du Xinjiang de la Chine) et employé de l’entreprise de sous-traitance Turkish Ground Services (TGS) pour Turkish Airlines. Il avait pourtant précisé sur Facebook qu’il était en sécurité au moment de l’attentat. Néanmoins, le lendemain sa famille est venue récupérer son corps à l’hôpital.

Un proche de sa famille : “hier, nous avons appris qu’il y avait eu un attentat, mais nous ne savions pas que Buğda travaillait ce jour-là. J’ai regardé sur Facebook et il avait publié un message indiquant qu’il était en sécurité. Du coup, je n’ai pas senti le besoin de l’appeler. Le matin, nous avons appris qu’il était gravement blessé. Lorsque nous sommes arrivés à l’hôpital, nous avons appris qu’il était déjà mort.”

5-Göksel Kurnaz, mariée depuis 2 ans

Originaire de la ville d’Ordu, Göksel Kurnaz était venue chercher son patron (en voyage d’affaires à l‘étranger) lorsqu’elle a été victime de l’attentat kamikaze. Göksel Kurna était mariée depuis 2 ans.

6- Zeynep Çizmecioğlu et Mahmut Çizmecioğlu, marié il y a 2 ans

Zeynep Çizmecioğlu et Mahmut Çizmecioğlu, mariés depuis deux ans, ont également perdu la vie lors de cet attentat. Le jeune couple travaillait au sol à l’aéroport.

7- Murat Güllüce “Ses quatre princesses sont maintenant orphelines.”

Originaire d’Erzurum, dans l’est du pays, Murat Güllüce était directeur d’un hôtel et interprète. Sa famille est venue chercher son corps le lendemain pour l’enterrer à Erzurum.
Il avait partagé la photo de ses quatre filles sur Facebook en commentant “Mes princesses”. Les petites filles sont désormais orphelines de père.

8-Hüseyin Tunç

Hüseyin Tunç, 28 ans, était professeur dans un lycée. Son père est mort lorsqu’il avait cinq ans, laissant une veuve et quatre enfants. C’est lui qui faisait bouillir la marmite pour permettre à ses frères et soeurs d‘étudier.

9- Gülşen Bahadır
“Je ne fais pas la guerre, je résiste et j’aime”

Employée à l’aéroport Atatürk, Gülşen Bahadır a été tuée par balle.
Gülşen avait partagé sur Facebook il y a une semaine :

“Je n’ai jamais fait la guerre dans ma vie. Mais jamais. Ni pour avoir quelque chose, ni pour moi-même, ni pour mes amis. Je n’ai jamais lutté. Ce n’est pas parce que je n’avais pas de force. Moi, j’ai choisi de résister. Parce que la lutte et le combat n’ont jamais rien apporté. Dans une guerre, il n’y a pas de gagnant, mais uniquement des perdants. L’histoire ne fait que se répéter alors j’arrête de lutter. Je parle bien de la guerre physique, mais aussi psychologique. J’essaie de m’adapter, me conformer à la vie. Parfois, je change l’orientation, la forme des choses. Parfois, ce sont elles qui me changent. Parfois, elles m’apportent des choses, parfois elles en reprennent d’avantages, mais on trouve toujours le milieu. Mais pas en luttant, en laissant s‘écouler le temps…”

10- Mustafa Bıyıklı

Père de trois enfant Mustafa Bıyıklı était chauffeur de taxi. Mustafa Bıyıklı avait 51 ans.

11- Çağlayan Çöl

Çağlayan Çöl, 27 ans, travaillait à l’un des points d’accueil de l’aéroport.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article