DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rapport Chilcot : Tony Blair et l'intervention britannique en Irak sévèrement critiqués

monde

Rapport Chilcot : Tony Blair et l'intervention britannique en Irak sévèrement critiqués

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Tony Blair et l’intervention britannique en Irak en 2003 ont été sévèrement mis en cause par le rapport Chilcot. Douze volumes accablants pour le dirigeant travailliste de l‘époque. Attendu depuis sept ans, il a été présenté ce mercredi à Londres par John Chilcot, président de la commission d’enquête.

“Il est clair que la politique concernant l’Irak s’est construite sur la base d‘évaluations et de renseignements défectueux. Ils n’ont pas été contestés et ils auraient dû l‘être. M. Blair nous a dit que les difficultés rencontrées en Irak après l’invasion ne pouvaient pas être connues par avance. Nous ne sommes pas d’accord”.

Dans une longue déclaration, Tony Blair a régi en exprimant ses “excuses” et ses “regrets” pour les erreurs commises. Il a essayé de faire jouer la corde sensible.

“La décision d’entrer en guerre en Irak et de destituer Saddam Hussein, au sein d’une coalition de 40 pays dirigée par les Etats-Unis, a été la décision la plus dure, la plus considérable, angoissante que j’ai eu à prendre durant mes dix années en tant que Premier ministre. Et pour cette décision, aujourd’hui, j’assume l’entière responsabilité, sans exception et sans excuse”, a t-il dit.

Il a aussi présenté sa propre lecture de l’histoire, n’hésitant pas à affirmer, je cite, “nous avons pris la bonne décision. Le monde est meilleur et plus sûr”.

Probablement pas de quoi convaincre, ni émouvoir ces familles de soldats britanniques tués dans le conflit qui dénoncent l’injustice et les mensonges de Tony Blair.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article