DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gnomon, l'école des effets visuels

cinema

Gnomon, l'école des effets visuels

En partenariat avec

Bien rares sont les blockbusters qui n’usent pas pour ne pas dire abusent pas d’effets spéciaux.

Ces effets, les voilà. Ils sont ici en cours de fabrication dans cette école la “Gnomon School of Visual Effects, Games and Animation”.

Elle se situe au sein des seins, à Hollywood. Les étudiants y sont formés au terme de deux ou trois ans d‘études. Elle a été fondée en 1997 par Alex Alvarez : “Il s’agissait de créer un site de formation professionnelle très orienté carrière donc pour des gens qui ont déjà une expérience de création, que ce soit dans les arts, la sculpture, le dessin, la peinture, la photographie, le design graphique, l’architecture tous ces types d’expérience traditionnelle peuvent tout à fait s’intégrer dans l’industrie du divertissement.”

La première promotion comprenait 50 étudiants. Ils sont aujourd’hui 450. Ils disposent de salles de dessins, d’un studio de sculpture, de 112 postes de travail. L‘école s’enorgueillit d’un taux d’emploi de 94% pour ses élèves qui ont été diplômés en 2015

Brett Shields, étudiant : “Nulle part ailleurs dans ce pays on ne trouvera une telle concentration de professionnels, que ce soient des formateurs, des étudiants qui apprennent à faire des jeux, à concevoir leur texturation, leur modelage. Ici l’esprit de collaboration est très fort.”

Thom May, étudiant : “On a des tonnes de connexions avec le réseau local des artistes et j’adore cette école pour ça, il y a beaucoup d’ateliers, des démos, des interventions on a accès à toute cette richesse d’incroyables producteurs.”

On compte quelque 2000 artistes spécialisés dans les effets spéciaux. Ils sont dispersés dans une vingtaine de pays. Et la diffusion se poursuit comme elle l’a fait précédemment avec l’animation par exemple.

Et ce sont eux qui donnent cette patine particulière aux grandes productions hollywoodiennes. Commentaires par Dominic Pattern journaliste pour deadline.com : “Une des choses sur l’industrie des effets visuels c’est que nous avons vu ces 5 et 10 dernières années sa diffusion dans le monde entier pour de nombreuses raisons, des raisons fiscales, mais aussi du coût du travail… on voit beaucoup de studios qui sortent des choses en Asie, en Indonésie, en Inde. Il y a aussi le Canada, où les avantages fiscaux sont très importants. Ils ont bien compris l’importance de l’industrie des effets spéciaux, on le voit parce qu’ils les ont intégrés dans leur panoplie des avantages fiscaux liés à la production cinématographique.”

La moitié de ces étudiants va travailler pour les effets spéciaux pour le cinéma ou la télévision. L’autre se retrouvera dans l’industrie des jeux vidéos. Et les gros, les très gros succès au box office de films largement agrémentés d’effets spéciaux devraient faire encore de nombreux candidats à leur réalisation.

Prochain article