DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Attentat de Nice: l'enquête progresse

monde

Attentat de Nice: l'enquête progresse

Publicité

Trois jours après l’attaque, les motivations, l’itinéraire de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel commencent à peine à s‘éclaircir. Lundi, le procureur de Paris, François Molins, a fait part des avancées de l’enquête lors d’une conférence de presse.

Ordinateurs, téléphones, domicile, les enquêteurs sont en train de fouiller les recoins de la vie de ce Tunisien de 31 ans.
Dépeint par ses voisins et ses proches comme peu croyant, mangeant du porc, buvant de l’alcool, l’homme s‘était pourtant, selon les premiers éléments de l’enquête, rapproché depuis peu de temps de l’idéologie islamiste radicale. D’après un témoin entendu par la police, il aurait ainsi estimé lors d’une discussion que le combat de Daech pour un territoire était légitime.

“Si aucun élément de l’enquête ne démontre à ce stade l’allégeance de Mohamed Lahouaiej Bouhlel à l’organisation terroriste” EI qui a revendiqué l’attaque, “ni des liens avec des individus se réclamant de cette organisation, l’exploitation de son ordinateur (…) illustre un intérêt certain et à ce stade récent envers la mouvance jihadiste radicale”, a déclaré le procureur.

Des photos de combattants de Daech, de Ben Laden ou de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar ont été retrouvées dans son ordinateur. Selon des témoins, depuis huit jours, il s‘était laissé pousser la barbe pour des raisons religieuses.

L’enquête a aussi permis de remonter l’itinéraire de Mohamed Bouhlel durant les dernières semaines. Il avait ainsi effectué des repérages sur la promenade des Anglais et s’y était même pris en photo le jour de l’attentat. Peu de doute donc sur son caractère prémédité.

Selon un dernier bilan, l’attentat de Nice a fait 84 morts et plus de 300 blessés dont 19 sont toujours entre la vie et la mort. D’après François Molins, 71 corps ont été à présent identifiés.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article