DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Attentat de Nice : une trentaine de musulmans parmi les 84 victimes

monde

Attentat de Nice : une trentaine de musulmans parmi les 84 victimes

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Les 84 victimes de l’attentat de Nice sont désormais identifiées. Parmi elles : une trentaine de personnes musulmanes, dont une large majorité de franco-tunisiens.

Tous ont perdu la vie le soir du 14 juillet, fauchés par le camion conduit par Mohamed Lahouaij Bouhlel, lui-même né en Tunisie.

A la mosquée ar-Rahma de Nice, la plus grande des Alpes maritimes, une prière a été prononcée devant trois cercueils de défunts, dont un petit garçon de 4 ans et sa mère de 31 ans.

Le père et mari des deux victimes raconte la tragédie qu’il a vécu le soir de l’attentat : ““Je n’ai trouvé que ma femme, elle est par terre, elle ne bouge plus, elle ne parle plus, elle ne fait rien; elle dort. Je reste avec elle toute la soirée jusqu‘à 10 heures du matin. Et comme un fou je cherche (mon fils) d’un hôpital à l’autre, je demande partout, j’appelle partout, par téléphone, même à Paris, même à Marseille et mon fils n’existe pas. Il y a une femme qui a vu le pompier qui l’a pris. (Je lui demande :) Dites-moi, punaise, mon fils il est vivant ou non? Je veux savoir, dites-moi… Là je suis content, je sais òu est mon fils, chez Dieu“.

L’imam de la mosquée, Abdelkader Sadouni, était en pleurs et a quant à lui appelé à l’apaisement : “Il y a un enfant de 4 ans qui est mort, c‘était la première fois qu’il mettait les pieds dans une mosquée, il est rentré dans un cercueil. Donc s’il vous plaît, arrêtez, stop, qu’on arrête tout, tout le monde est en deuil, tout le monde souffre. Arrêtons les discours qui sèment la haine, arrêtons les discours qui sèment la discorde“.

Mercredi et jeudi, d’autres cérémonies sont également prévues dans des mosquées de Nice pour trois franco-marocains et deux franco-algériens qui seront enterrés dans leur pays d’origine, alors que les permis de délivrance arrivent peu à peu auprès des pompes funèbres.

Alors que les hommages se poursuivent sur la Promenade des Anglais, les députés en commission ont donné ce mardi leur feu vert pour une prolongation de six mois de l‘état d’urgence. Le projet de loi a été votée par l’Assemblée nationale durant la nuit, avant une séance au Sénat mercredi.

Tandis que six personnes sont toujours en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur l’attentat, on a appris ce mardi qu’un homme d’une vingtaine d’années avait été interpellé dans la nuit de dimanche à lundi, dans le Val de Marne, à la suite d’une infraction routière. Il est fiché “S” pour radicalisation.

A l’intérieur de la voiture se trouvaient des papiers, des passeports, et des permis de conduire volés lors d’un cambriolage, le 14 juillet, à Saint-Maur-des-Fossés.

Les policiers, qui soupçonnent le chauffeur d’avoir fait parler ses clients pour connaître la durée de leur absence et se rendre chez eux pour les cambrioler, ont perquisitionné le domicile de l’individu.

L’individu, qui travaille en tant que chauffeur de VTC (véhicule de tourisme), est connu pour des cambriolages, des violences et trafic de stupéfiants. Des détonateurs et des bâtons de dynamites ont été retrouvés chez lui. Un drapeau de Daesh se trouverait également dans son téléphone et des “documents laissant penser à une radicalisation“ du conducteur ont aussi été trouvés, d’après une source proche de l’enquête. Les investigations se poursuivent pour établir quels étaient les projets du jeune homme.

avec AFP

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article