DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Trump face à l'animosité d'une partie des Républicains à Cleveland

monde

Trump face à l'animosité d'une partie des Républicains à Cleveland

Publicité

C’est dans la cacophonie que s’est ouverte la convention républicaine à Cleveland.

Près de 2500 délégués venus de 50 Etats sont réunis pendant quatre jours pour investir officiellement leur candidat dans la course à la Maison Blanche.

Mais la personnalité de Donald Trump cristallise l’animosité au sein de son propre camp.

Certains délégués ont fait savoir qu’ils souhaiteraient ainsi voter librement pour un autre Républicain.

C’est le cas de Marc Perez, délégué de l’Etat de Washington.

“On nous a réduit au silence”, dit-il. “Notre avis n’est pas entendu parce que la convention est truquée. Ils ne veulent pas qu’on ait notre mot à dire concernant quelle que règle que ce soit”.

A l’inverse Jeanne Seaver, déléguée de Géorgie, estime que
“Mr Trump et ses partisans ont l’avantage, et que le choix du peuple américain prévaut. 14 millions de personnes ont voté pour Mr Trump. Elles méritent que leurs voix soient entendues et nous sommes ici pour nous assurer que c’est bien le cas”, dit-elle.

Les grands noms du parti ont, eux, boycotté le rendez-vous, qui est d’ordinaire la grand messe de la formation politique.

Les anciens présidents Bush, Mitt Romney ou encore John McCain sont absents tout comme le gouverneur de l’Ohio, l’Etat hôte de la convention.

“Nous espérons que lorsque la famille Bush participera à nouveau à la vie politique des Etats-Unis, elle nous rejoindra”, a déclaré Paul Manafort, le chef de campagne de Donald Trump. “Il en va de même avec le gouverneur Kasich : il est quand même regrettable que le gouverneur local ne participe pas à la convention”, a-t-il indiqué.

“Les primaires ont laissé le parti de Lincoln plus divisé que jamais. La convention de Cleveland est censée marquée le début du processus de guérison mais avec le candidat Trump à la barre, de nombreux Républicains craignent de voir au contraire les failles s‘élargir”, conclut Stefan Grobe, le correspondant d’euronews aux Etats-Unis.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article