DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crispation entre Ankara et Washington autour du cas Gülen

monde

Crispation entre Ankara et Washington autour du cas Gülen

Publicité

Comme elle l’avait annoncé, la Turquie a envoyé quatre dossiers à Washington pour préparer la demande d’extradition de Fethullah Gülen.

Le prédicateur musulman, et ennemi juré du président turc, continue de nier toute implication dans le putsch et dans toute tentative de déstabilisation du pays.

Dans un communiqué, il a demandé “instamment au gouvernement américain de rejeter toute tentative d’abus de la procédure d’extradition pour mener une vendetta politique”.

Retrouvez l’intégralité du communiqué en suivant ce lien (en anglais):
Fethullah Gülen issued the following statement on Turkey's extraditio request

Mark Toner, le porte-parole du département d’Etat américain a expliqué que “le processus d’extradition ne se déclenchait pas du jour au lendemain”.

“Cela va prendre du temps. Et nous agirons en vertu des traités d’extradition”, a-t-il déclaré.

La Turquie presse les Etats-Unis d’extrader au plus vite l’imam septuagénaire.

Face aux précautions prises par Washington, certains membres du gouvernement turc – relayés par des médias prorégime – n’ont pas hésité à accuser les Etats-Unis de soutenir le prédicateur et même d‘être derrière le putsch manqué.

Des accusations absurdes pour Mark Toner :

“La Turquie est l’un de nos alliés de l’Otan, avec un gouvernement élu démocratiquement. C’est une démocratie forte que nous soutenons et que nous avons soutenue pendant cette crise”, a rappelé le porte-parole du département d’Etat américain.

Fethullah Gülen laisse lui entendre que le gouvernement aurait pu mettre en scène cette tentative de putsch.

Des allégations réfutées à leur tour par les autorités turques.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article