DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Maroc se positionne au salon de l'habillement Première Vision

focus

Le Maroc se positionne au salon de l'habillement Première Vision

Publicité

Les futures tendances dans le prêt-à-porter se dévoilent à New-York.
350 exposants et 4500 acheteurs américains e donnent rendez-vous au salon Première Vision, premier salon mondial de l’habillement, qui, après Paris, se tient les 19 et 20 juillet dans la grosse pomme.

“Première vision New York accompagne les entreprises du textile, des accessoires et maintenant du cuir ou du manufacturing sur le marché américain, qui est un marché stratégique très important puisque c’est le deuxième marché mondial de la mode après l’Europe”, souligne Gilles Labordes, directeur général du salon Première Vision.

Une occasion de se positionner que n’entend pas manquer le Maroc.
Le pays entend renforcer son secteur du textile et de l’habillement, soumis à rude concurrence ces dernières années avec le déferlement des produits chinois.

Ismael Daoudi, à la tête d’une entreprise de prêt-à-porter, pointe les atouts et le savoir-faire des fabricants marocains.

“Quand vous allez dans une usine au Maroc aujourd’hui, vous allez trouver de la veste, du chemisier, de la robe, du pantalon de la robe, c’est quelque chose qui n’existe pas en Asie ou en Turquie”, argue-t-il.

Le Maroc, soucieux de se diversifier, veut aussi marquer son identité, et jouer sur le “Made in Maroc” pour se singulariser. Ce dernier point, inscrit dans l’accord de libre échange signé avec les Etats-Unis en 2006, est ainsi devenu un argument de vente.

“On a pris le parti de dire que nous sommes Marocains. J’ai fait faire cette broderie “MMC Casablanca 1987” parce qu’il n’y a pas de raison de ne pas dire que nous sommes basés au Maroc. On l’affirme très clairement, c’est une référence”, explique Martin L. Neuman.

Lors de la précédente édition du salon, les entreprises marocaines ont rempli leur carnets de commandes avec des acheteurs originaires d’ Amérique du Nord. De quoi booster le secteur du textile, qui remonte la pente, avec des exportations en hausse de 5% au premier semestre.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article