DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Trump et d'autres candidats républicains ont basé leur campagne sur cette haine anti-Clinton. Mais je pense qu'ils ont eu tort"

insight

"Trump et d'autres candidats républicains ont basé leur campagne sur cette haine anti-Clinton. Mais je pense qu'ils ont eu tort"

Publicité

A l’issue de la convention républicaine, notre correspondant sur place nous éclaire sur les enjeux et les chances de voir Donald Trump aller jusqu’au bout

Chris Cummins: Malgré les divisions la campagne pour la Maison Blanche est lancée, ce qui veut dire obtenir des votes…comment va-t-il élargir sa base au-delà de la classe ouvrière blanche en colère ?

Stefan Grobe: Le fait est qu’il n’est pas en train d‘élargir sa base, mais de la rétrécir. Si vous regardez la convention il a jeté beaucoup d’os à la base du Parti Républicain. Ce qu’il a fait c’est donc d’excentrer sa base à droite encore, ce qui ne va pas l’aider.
De plus, selon les sondages, le ralliement des républicains de droite ne se font qu‘à hauteur de 70 ou 75% alors qu’il devrait être au delà de 90%
Mitt Romney, il y a quatre ans, en rassemblait 93%, il était très populaire parmi les votants blancs. Cette année c’est différent car l‘électorat blanc chrétien, traditionnellement la base de l‘électorat républicain se réduit et Donald Trump est juste Donald Trump. C’est une célébrité qui a débarqué sur la scène politique en disant que les leaders républicains sont bêtes et corrompus et que lui ne l’est pas, donc votez pour moi.

Cela ne l’aidera pas particulièrement pour séduire les minorités, particulièrement dans la communuaté latino, le seule groupe électoral qui grandit de façon importante, si vous avez quatre latinos sur 5 qui disent qu’ils ne vont pas voter pour Donald Trump, il va alors avoir un chemin étroit, une bataille pénible, je ne le vois pas réussir surtout s’ils continue ces remarques infamantes qui lui aliènent pas seulement le vote des latinos mais aussi des afro-alméricains, des femmes, de la communauté LGBT, les musulmans et je pourrai continuer longtemps.

CC: Nous savons ce que Trump pense de Clinton avec ses attaques malhonnètes, mais la pure haine des républicains pour l’ancienne Première dame frappe par sa férocité…Quelle est la raison de cela ?

SG:Les républicains détestent Clinton, Bill et Hillary Clinton car ils n’ont jamais réussi à le battre. Bill Clinton a survécu à de nombreux scandales certains étaient sérieux d’autres inventés. Les républicains n’ont jamais réussi à maîtrise Bill Clinton. Depuis le premier jour, ils pensent que Clitnon leur a volé la présidence qui leur revenait de droit.
Trump et d’autres candidats républicains ont basé leur campagne sur cette haine anti-Clinton. Mais je pense qu’ils ont eu tort.

CC: En ce qui concerne les démocrates qui préparent leur convention à Philadelphie…Quelle tactique vont-ils adopter pour arrêter le mouvement Trump ?

SG: Je pense que la campagne de Clinton n’a pour l’instant aucine raison de paniquer. Aujourd’hui elle est première dans les sondages et ce depuis plusieurs mois. Et en regardant l’histoire des sondages on voit que les gens forment leur opinion défitinitive durant l‘été entre mai et juin et elle est toujours en tête mavec une marge substantielle.
Elle a plus d’argent, sur le terrain elle a de meilleures infrastructures ce qui manque à Trump, et bien sûr elle a la carte électorale en sa faveur.
Si Clinton ne fait pas d’erreur majeure, une très grosse erreur, je pense qu’elle l’emporter largement.

CC: Nous allons regarder cela avec intérêt.Stefan Grobe merci de nous avoir rejoint depuis Washington

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article